Zoom sur le mouvement et les muscles

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

 

Chez les vertébrés, et notamment chez l’homme, le mouvement est le résultat de l’activité du tissu musculaire, constitué en grande partie de cellules ayant une grande capacité de contraction. Ces cellules, en se groupant, forment les muscles.

Les muscles squelettiques actionnent les membres et les autres parties visibles du corps : ils permettent de bouger les yeux, la tête, les bras, les jambes, de parler, de mastiquer, de courir… Ils contrôlent toutes nos expressions faciales : sourires, grimaces, haussements de sourcils… Les muscles squelettiques ajustent et maintiennent la posture c’est-à-dire la position de notre corps au repos. Ils maintiennent les os en place et empêchent la dislocation des articulations (genou, coude, cheville…).

Nous possédons environ 680 muscles squelettiques, soit environ 340 paires de muscles bilatéraux identiques. En moyenne, ils constituent environ 40% de la masse corporelle chez l’homme et 30% de la masse corporelle chez la femme. Cette différence correspond évidemment à une force physique plus grande chez l’homme.

Les muscles cardiaques assurent les battements automatiques du cœur 24 heures sur 24, 365 jours par an. Ils sont semblables aux muscles squelettiques mais fonctionnent automatiquement. 

Les muscles lisses assurent, quant à eux, les mouvements de l’estomac, des viscères, des poumons et des autres parties invisibles de notre corps. Ils se composent de fibres musculaires qui se contractent lentement et involontairement. Ainsi, les muscles lisses des parois intestinales permettent de « faire avancer » les aliments. Les muscles lisses de l’utérus se contractent automatiquement durant l’accouchement. La dilatation ou la contraction des pupilles selon l’intensité lumineuse est également assurée par les mouvements de muscles lisses situés à la surface de l’œil.

Les muscles squelettiques et les muscles cardiaques sont des muscles striés dont les fibres sont organisées en faisceaux (d’où leur apparence striée). On les appelle parfois « muscles de la vie de relation » ou « muscles de la vie animale », en opposition avec les muscles lisses, qui sont ceux de la vie organique ou végétative et qui échappent au contrôle de la volonté.

La rapidité avec laquelle les muscles striés peuvent se contracter leur permet de répondre immédiatement aux impulsions qu’ils reçoivent des centres nerveux, alors que les muscles lisses ne sont capables que de contractions lentes.

Cette rapidité et cette puissance de contraction des muscles striés se paient par la fatigue. Leurs réserves d’énergie s’épuisent et doivent être remplacées rapidement, et les déchets doivent être éliminés non moins rapidement. Ces opérations sont réalisées par des réactions chimiques qui ne peuvent se produire que grâce à l’oxygène dont le sang se charge dans les poumons.  Elles produisent, elles aussi, un déchet : l’acide lactique, qui s’accumule dans l’organisme, ralentissant la contraction des muscles tout en provoquant une sensation de fatigue croissante. L’élimination de l’acide lactique dépend aussi d’une augmentation de l’apport d’oxygène au muscle, assurée par une respiration suractive (essoufflement) et un rythme cardiaquePourquoi faire une heure de sport quand 30 minutes suffisent ?. Lire la suite ... » plus rapide.

Quoique le manque d’exercice physique peut laisser les muscles relativement faibles et peu développés, il ne faut pas craindre qu’ils deviennent totalement incapables de fonctionner. En effet, l’inaction des muscles n’est jamais complète : les fibres musculaires sont constamment animées de contractions légères dont l’ensemble est appelé tonus musculaire. Ces contractions contribuent à maintenir nos muscles en état d’alerte permanent, prêts à la contraction immédiate dès la réception du moindre influx nerveux… Le tonus musculaire descend à son niveau le plus bas pendant le sommeil : les muscles se relâchent complètement. Ce repos forcé est sans doute une des fonctions les plus importantes du sommeil…

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Laisser un commentaire