Une psychothérapie cognitive peut-elle vous aider à maigrir ?

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Oui. Cette approche davantage centrée sur l’individu lui-même que sur son environnement est complémentaire de la thérapie comportementale. Le thérapeute vise à résoudre les troubles alimentaires découlant d’un « défaut » dans le processus cognitif et qui constituent un obstacle à l’amaigrissement.

Le thérapeute cherche à découvrir et à décortiquer les schémas de pensée problématiques, qui déclenchent la surconsommation de nourriture.

La thérapie cognitiveUne psychothérapie comportementale peut-elle aider à maigrir ?. Lire la suite ... » vise à mettre en lumière et à décortiquer les schémas de pensée qui déclenchent la surconsommation de nourriture.

Les pensées inexactes ou négatives peuvent générer des émotions perturbatrices et des comportements pathologiques en matière d’alimentation. La thérapie cognitive vise à les rectifier pour obtenir une évolution des émotions et des comportements qui en découlent. Il s’agit de permettre au patient d’acquérir, d’organiser et d’utiliser le savoir sur soi et sur le monde qui l’entoure. La cognition fait appel à la pensée, à la mémoire et à la prise de décisions.

Le thérapeute cherche à découvrir et à décortiquer les schémas de pensée problématiques, qui déclenchent la surconsommation de nourriture. Ensuite il les remplace par une vision réaliste de la propre personne, des événements extérieurs et de son rapport avec l’extérieur. Le patient travaille sur la réalité présente (pas sur son passé, comme en psychanalyseDépendance : demander de l’aide, c’est vital. Lire la suite ... ») : il est encouragé à exprimer ses plaintes, ses frustrations et ses angoisses. Le dialogue avec le thérapeute permet de relativiser, de dédramatiser et d’ébranler certaines fausses certitudes.

Les troubles du comportement alimentairePourquoi nous ne parvenons pas à « dîner léger ». Lire la suite ... » découlent souvent de modèles de pensée dichotomiques du type « tout ou rienLa pensée dichotomique : trouver le juste équilibre . Lire la suite ... » », « blanc ou noir » et « excès ou abstinence »: le boulimiqueComment expliquer la boulimie ?. Lire la suite ... », par exemple, s’abstient de manger puis craque et se goinfre. La thérapie cognitive vise à remplacer ces schémas de pensée extrêmes par des raisonnements plus nuancés et encourage l’affirmation et l’acceptation de soi.  Plutôt que « c’est un échec, je ne parviendrai jamais à maigrir, je ne suis bon à rien, je suis et resterai un gros », le patient apprend à penser « j’ai échouŒufs mollets à la choucroute. Lire la suite ... »é cette fois mais je réussirai le prochain régime ».

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Laisser un commentaire