Morphonutrition : a chaque silhouette sa solution minceur

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Dans son livre « Maigrir selon votre silhouette », le Dr Raphaël Blairvacq dévoile les secrets de la morphonutrition et huit régimes différents permettant de perdre du poids de manière ciblée en fonction de son morphotype.

Les poignées d’amour et autres petits bourrelets sont souvent le résultat d’un mode de vie trop sédentaire.

Selon ce spécialiste en nutrition et diététique, les personnes en surcharge pondérale correspondent à huit profils types ou « morphotypes » principaux. Les kilos superflus s’accumulent à certains endroits spécifiques du corps et transforment la silhouette de manière différente selon leur origine : suralimentation, sédentarité, stress, hérédité, mauvaise circulation…   Pour chacun des huit morphotypes identifiés, le Dr Blairvacq propose un régime alimentaire sur mesure avec menus et recettes personnalisés ainsi qu’un programme sportif adapté et des conseils esthétiques et d’hygiène. En voici un bref aperçu :

  1. Surcharge pondérale de suralimentation : Les personnes concernées sont fortes du buste, avec le visage, le cou, les épaules et la poitrine épais et parfois le ventre également. Elles ont parfois une bosse de graisse sous la nuque. Raphaël  Blairvacq leur recommande de manger moins, évidemment ! En plus : jamais de pain blanc, de biscottes, de confiture, de pâte à tartiner au chocolat ou de pain seul sans accompagnement au petit déjeuner. Les compléments alimentaires conseillés : ginseng, chrome et vigne rouge.
  2. Surcharge pondérale de sédentarité : Autrefois plutôt minces et sportifs, les individus concernés ont développé des poignées d’amour résistantes depuis qu’ils ont arrêté de se dépenser régulièrement. L’excès de poids ne dépasse pas 3 kilos chez les femmes et 5 kilos chez les hommes. Selon le Dr Blairvacq, la reprise d’une activité sportive est impérative ! Il leur recommande aussi de prendre des gélules d’acide linoléique conjugué (CLA), de cacao, de thé vert et de resvératrol.
  3. Surcharge pondérale abdominale nerveuse : Les personnes concernées ont un gros ventre tendu avec un amas de graisse « en bouclier » sur l’avant de l’abdomen. Leur ventre est souvent douloureux surtout dans les moments de stress. Leur surpoids n’excède pas 10 kilos et seul le tour de taille est augmenté. Pour le Dr Blairvacq la priorité est de combattre les troubles du comportement alimentaire comme le grignotage, les fringales et les envies de sucre. Compléments alimentaires conseillés : mélisse, valériane, resvératrol, fructo-oligosaccharides, ginseng, chrome et charbon végétal.
  4. Obésité athérogène : Les individus concernés ont un ventre proéminent, froid et zébré de vaisseaux et des poignées d’amour. Leur surpoids ne dépasse pas 20 kilos et seul le tour de taille est augmenté. Ce type de silhouette fait courir de vrais risques pour la santé en raison de la présence d’une grande quantité de graisses viscérales. L’auteur propose d’agir sur tous les fronts et notamment de réduire le cholestérol et le sucre, de consommer plus d’aliments riches en oméga 3, et de prendre des gélules d’ail, de CLA, de lécithine de soja, de café vert et de resvératrol.
  5. Obésité métabolique prédiabétique : Les personnes affectées ont les jambes maigres et un gros ventre chaud (parfois très gros). Leur surpoids est de 20 kilos maximum. Parmi les conseils du nutritionniste : exclure tous les sucres dits « rapides » c’est-à-dire à index glycémique élevé. Compléments alimentaires conseillés : nopal, chrome, resvératrol, fructo-oligosaccharides et charbon végétal.
  6. Surcharge pondérale glutéale ou culotte de cheval : Seules les femmes sont concernées. Leur buste est souvent fin voire maigre mais leurs cuisses et fesses sont envahies de graisse et de cellulite. Parmi les conseils du Dr Blairvacq : réduire sa consommation de sel, de graisses saturées et de glucides à index glycémique élevé. Compléments alimentaires conseillés : thé vert, cacao et vigne rouge.
  7. Surcharge pondérale héréditaire ou culotte de zouave : Seules les femmes sont concernées. Leur silhouette « en violon » est caractérisée par une accumulation de graisse entre le nombril et les genoux avec cellulite sur les cuisses et les fesses et un petit bedon. L’auteur recommande de réduire sa consommation de sel et de sucres « rapides » et de prendre des gélules de thé vert, de vigne rouge, de mélisse et de fenugrec.
  8. Surcharge pondérale circulatoire ou bottes veineuses et lymphatiques : Seules les femmes sont concernées.  Leurs jambes sont lourdes, gonflées et envahies de cellulite, et leurs chevilles sont épaisses. Parmi les conseils du Dr Blairvacq : réduire le sel et consommer des aliments draineurs, notamment les protéines maigres, à tous les repas, même au petit déjeuner. Les compléments alimentaires conseillés : thé vert, hamamélis, cacao, reine-des-prés, criste-marine, fenugrec et vigne rouge.
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Surcharge pondérale abdominale nerveuse

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

La graisse excédentaire constitue un « bouclier » vertical sur le devant de l’abdomen, le tour de taille est augmenté et le ventre semble pointu de profil. Les principaux responsables : le stress et l’anxiété.

Massages, thalassothérapie, aromathérapie… il existe de nombreuses solutions pour combattre le stress souvent responsable d’une prise de poids au niveau du ventre. 

Les personnes correspondant à ce profil sont anxieuses ou stressées et  présentent trois symptômes quasi systématiquement : les envies irrépressibles d’aliments sucrés (crises de manque), les crampes et les ballonnements digestifs. La surcharge pondérale se concentre sur le ventre et n’excède pas dix kilos. La graisse est dure, chaude et sensible à la pression, mais souvent froide au niveau du plexus solaire.

Le stress et l’anxiété peuvent détraquer les mécanismes de sécrétion de l’insuline, hormone impliquée dans la régulation du taux de sucre sanguin. Cela se traduit notamment par des crises d’hypoglycémie en fin de matinée ou d’après-midi s’accompagnant de coups de pompe, maux de tête et malaises. Le grignotage d’aliments sucrés à ces moments-là  a un effet calmant et apaisant temporaire. Mais l’ingestion de sucre déclenche peu après une nouvelle sécrétion d’insuline et donc une hypoglycémie et une nouvelle envie irrépressible de sucre. C’est un véritable cercle vicieux qui se paie « cash » puisque ces excès de sucre sont transformés quasi instantanément en graisses abdominales.

Stratégie anti-kilos adaptée à ce morphotype :

1. Surveiller son alimentation

  • Ne plus sauter les repas.
  • Ne plus manger compulsivement des « saletés » (biscuits, gâteaux, sucreries, chips…) pour s’apaiser en cas de tension nerveuse.
  • Bannir les sucres rapides (à index glycémique élevé) et ne consommer que les sucres lents (à index glycémique faible).
  • Mettre l’accent sur les légumes, à condition de ne pas abuser des crudités (parfois irritantes pour le tube digestif).
  • Consommer des aliments riches en magnésium (effet antistress) : noix, noisettes, amandes, chocolat (aussi noir et peu sucré que possible), eaux minérales
  • Consommer une quantité suffisante de protéines maigres (effet rassasiant).
  • Consommer des aliments riches en tryptophane (effet apaisant): soja, levure de bière, pain complet au levain, céréales complètes, légumes secs, kiwis, abricots, prunes, ananas, tomates.
  • Pour lutter contre les troubles du comportement alimentaire et lutter contre les envies de sucreries, consommer aussi des aliments riches en phénylalanine (œufs, fromage, lait…), tyrosine (veau, thon, flocons d’avoine…), vitamine B1 (levure de bière, germes de blé, légumes secs, céréales complètes…), vitamine B6 (persil chou, haricots verts, lentilles…) et vitamine E (huiles végétales, asperges, légumes à feuilles vertes…).
  • Prendre du charbon végétal (4 gélules) en dehors des repas pour diminuer les ballonnements.
  • Pour favoriser l’équilibre du métabolisme des sucres : 1 gélule de chrome matin, midi et soir.

Dans son livre « Maigrir selon votre silhouette »,  le Dr Raphaël Blairvacq propose un régime sur mesure pour ce morphotype.

2. Chasser le stress et l’anxiété

  • Le sport a un impact positif sur le moral et la confiance en soi. Une activité physique  modérée de longue durée est idéale pour maximiser la sécrétion d’endorphines par le cerveau : un jour sur deux, trois-quarts d’heure de marche rapide ou de natation et deux heures de randonnée le dimanche.
  • Pour freiner les poussées d’insuline et d’adrénaline : 1 gélule de mélisse (sédative et calmante) et 1 gélule de valériane (anxiolytique) matin, midi et soir pendant le repas avec un grand verre d’eau.
  • Pour éviter la fatigue : une cure de ginseng.

3. Stimuler la fonte des graisses abdominales

  • Faire du sport d’endurance (voir plus haut) et des exercices de musculation de l’abdomen.
  • Le resvératrol : une gélule le matin et le midi (active le déstockage des graisses sur le haut du corps).
  • 1 gélule de fructo-oligosaccharides (effet ventre plat) matin, midi et soir pendant le repas avec un grand verre d’eau.
  • Techniques complémentaires (par ordre d’efficacité): thermodermie, endermologie, mésothérapie et drainage lymphatique manuel.

Source : « Maigrir selon votre silhouette – Les secrets de la morphonutrition pour perdre des kilos là où vous voulez», Dr Raphaël Blairvacq

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Pour perdre du poids, respirez à fond!

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Apprendre à respirer profondément pour bien oxygéner notre organisme peut nous aider à augmenter nos performances intellectuelles et physiques et aussi à perdre du poids.

Bien respirer aide à augmenter ses performances sportives et intellectuelles, à réduire le stress, l’anxiété et la douleur et à lutter contre le surpoids...

Bien respirer aide à augmenter ses performances sportives et intellectuelles, à réduire le stress, l’anxiété et la douleur et à lutter contre le surpoids…

Nous pouvons survivre plusieurs semaines sans manger, quelques jours sans boire, mais nous mourons si nous sommes privés d’oxygène pendant à peine quelques minutes.

Notre organisme peut produire un peu d’énergie sans oxygène dans des conditions d’urgence (anaérobie) mais cette opération est très peu rentable. La quasi-totalité de notre production d’énergie a besoin d’oxygène qui permet de brûler les graisses et les sucres. C’est pourquoi il est si fondamental de bien respirer.

Une respiration profonde et complète favorise les progrès sportifs, stimule les fonctions intellectuelles (le cerveau est un gros consommateur d’oxygène), réduit le stress, l’anxiété et la douleur et aide aussi à lutter contre les kilos en trop.

Prenez l’habitude de faire des séances de respiration profonde dès que vous avez un peu de temps à tuer. Pour cela, apprenez à retenir l’air de 10 à 30 secondes en gonflant le ventre autant que possible, puis la poitrine, lentement et en vous tenant bien droit. Ensuite, soufflez jusqu’à rétrécir la taille de vos poumons à leur minimum. Recommencez l’exercice une vingtaine de fois de suite.

Les exercices de respiration profonde sont recommandés le matin au réveil (assurez-vous que votre chambre est bien aérée la nuit), pendant vos pauses (idéalement toutes les 45 minutes selon certains spécialistes… !) et en cas de stress, de tensions, d’anxiété ou d’émotions fortes. Veillez à la qualité de l’air que vous respirez. Évitez donc de faire des exercices de respiration profonde dans la rue à l’heure des embouteillages…

Le stress, la colère et l’anxiété modifient la respiration : elle devient plus rapide, moins profonde et moins efficace. Conséquence ? Une baisse de la concentration d’oxygène dans le corps et donc, des niveaux d’énergie. Une respiration lente et profonde permet de se sentir plus calme, plus attentif et plus serein tout en brûlant plus de calories.

Tout rétrécissement des vaisseaux sanguins et des artères freine la circulation du sang et empêche une bonne distribution de l’oxygène également. Cette réduction de diamètre est due soit à des dépôts d’athérome sur les parois causés par le mauvais cholestérol, soit à des spasmes dont le stress est le principal responsable. Pour lutter contre ce phénomène, rien de tel qu’une alimentation riche en fruits et légumes variés, en poissons gras pas trop cuits, en huiles saines et en magnésium, ainsi qu’une activité physique régulière et une hygiène de vie réduisant le stress, naturellement!

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss