Comprendre les biorythmes et leur impact sur la santé et le bien-être

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

 

Notre organisme et ses processus physiologiques sont soumis aux oscillations de cycles biologiques naturels dont nous n’avons généralement pas conscience et que nous subissons sans forcément les comprendre. 

Nos muscles et notre système respiratoire sont les plus performants entre 17 et 19 heures...

Nos muscles et notre système respiratoire sont les plus performants entre 17 et 19 heures…

D’après les experts en chronobiologie, les êtres humains sont régis par quelque 150 rythmes biologiques différents, dont les mystères sont loin d’être élucidés à ce jour. Chacun de ces biorythmes est synchronisé en fonction de pendules internes ; le plus important se situe au niveau de l’hypothalamus et cale le mouvement de son balancier sur les signaux fournis par l’environnement extérieur comme l’alternance de la lumière et de l’obscurité (jour/nuit).

Vigilance, concentration, performance cérébrale, sommeil, sécrétions hormonales, rétention d’eau, performance musculaire, taux de sucre sanguin, métabolisme des graisses, température corporelle… tout est cyclique. Les rouages complexes de notre mécanique interne tournent en fonction d’horaires précis, avec des pics et des creux d’activité. Ainsi, le taux de testostérone, l’hormone mâle qui stimule la sexualité, est à son apogée tôt le matin vers 6h30 : voilà une heure propice aux câlins, n’en déplaise à ces dames! La concentration de cortisol, l’hormone fabriquée par les glandes surrénales et impliquée dans le métabolisme des glucides et des lipides, est maximale vers 7 heures du matin : c’est donc le meilleur moment pour consommer des graisses et des sucres. En revanche, l’activité et la tonicité musculaires et les capacités respiratoires sont faibles à cette heure matinale: elles augmentent progressivement pour atteindre leur apogée entre 17 heures et 19 heures. Le pic de l’activité cérébrale est situé, quant à lui, l’après-midi vers 15-16 heures, après l’heure naturelle de la sieste (entre 13 et 15 heures).

Les rythmes artificiels imposés socialement ne tiennent pas compte de nos besoins physiologiques : travail de nuit, décalages horaires, heures de veille et de repos variables selon les jours (travail, weekend, vacances…), inadaptation de nos activités aux variations saisonnières de luminosité (besoins accrus de sommeil en hiver, lorsque les nuits sont longues)… Les effets des désynchronisations de nos horloges biologiques ne sont pas toujours faciles à évaluer car ils dépendent de facteurs génétiques notamment et diffèrent d’une personne à l’autre. Cependant, les scientifiques s’accordent pour dire que celles-ci peuvent diminuer nos capacités et nos performances tant intellectuelles que physiques.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Comment maigrir des mollets ?

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Si les hommes rêvent d’un corps musclé avec des mollets bien élancés et accentués, les femmes préfèrent davantage exposer de belles jambes bien fines. Si vous jugez vos jambes pas suffisamment fines à votre goût, sachez qu’il existe des moyens de réduire la partie charnue localisée au niveau de vos mollets. Voici des conseil pour savoir comment maigrir des gros mollets et arborer des jambes plus minces.

La course à pied pour affiner vos mollets

Pour avoir de jolis mollets fins, évitez de porter trop souvent des talons trop hauts!

Pour avoir de jolis mollets, évitez de porter trop souvent des talons trop fins et hauts!

Si vous avez une certaine masse graisseuse au niveau des mollets, l’idée est de délocaliser la graisse en ayant recours à des exercices physiques. Attention : ce ne sont pas tous les sports qui affinent les mollets ! La course à pied reste un des sports les plus efficaces pour maigrir des mollets : l’idée est de raffermir vos jambes en effectuant régulièrement une courte d’endurance. N’hésitez pas à consacrer 3 séances de 30 minutes par semaine pour faire travailler vos jambes sur une longue distance et de préférence sur un terrain plat. Cependant, pour qu’elle soit efficace, vous devrez adopter un rythme moyen. Vous pouvez aussi pratiquer de l’escalade, de la natation ou des étirements. En revanche, la course adoptée par les sprinteurs est à éviter, car elle contribue davantage au développement des mollets. Il en est de même pour le vélo qui favorise les gros mollets.

Surveillez votre alimentation

Parfois de gros mollets sont le résultat d’une mauvaise alimentation. En effet, si vous avez tendance à consommer des aliments trop caloriques comme les frites ou les viennoiseries, il est normal que vous ayez de la masse graisseuse au niveau des jambes. Sachez que rien que pour les frittes, une portion de 100 grammes vous apporte 408 kcal dont 5 g de protéines, 52 grammes de glucides et 20 g de lipides Pour maigrir des mollets, pensez à revoir votre alimentation : privilégiez les fruits frais, les légumes cuits à la vapeur et les protéines maigres. Préférez également les produits laitiers écrémés à la place du lait entier.

De nouvelles habitudes

Pour mincir des mollets, pensez à adopter de nouvelles habitudes : si vous avez tendance à boire des boissons gazeuses ou trop sucrées, remplacez-les par de l’eau minérale, à boire en grande quantité. Il est important que vous buviez suffisamment pour éviter la rétention d’eau, qui est souvent à l’origine des gonflements au niveau des jambes. Très souvent, la cellulite se localise au niveau des jambes, ce qui vous donne de gros mollets : en plus des exercices de course à pied ou de natation, évitez les vêtements trop serrés. Les talons aiguilles sont à éviter autant que possible, car ils sollicitent beaucoup les mollets et les rendent plus musclés. Préférez des petits talons et évitez de marcher souvent sur la pointe des pieds. Sinon, vous pouvez aussi miser sur de petites astuces pour donner l’impression d’avoir des mollets plus fuselés : évitez les pantacourts ou les jupes longues jusqu’à la moitié des genoux. Préférez opter pour du court ou des vêtements carrément longs. Pensez aussi à mettre en valeur les atouts de votre silhouette.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

L’aromathérapie pour atténuer les symptômes de la ménopause

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Parfumer l’eau du bain, l’huile de massage ou le coin de l’oreiller avec quelques gouttes d’huiles essentielles bien choisies peut vous aider à combattre bouffées de chaleur, prise de poids, rétention d’eau, déprime, insomnies et autres sauts d’humeur associés à la ménopause.

L'huile essentielle de géranium peut aider à réduire les symptômes de la ménopause... Le géranium a des vertus calmantes et stimulantes tout à la fois et contribue à l’équilibre des hormones et de la peau

L’huile essentielle de géranium peut aider à combattre certains symptômes de la ménopause, notamment la déprime, la fatigue et le vieillissement de la peau…

Associées à une bonne hygiène alimentaire et à une activité physique suffisante, les huiles essentielles constitueraient une alternative naturelle efficace au traitement hormonal de substitution (THS) La bergamote et la sauge scarlée induisent une agréable sensation de bien-être, la camomille apaise les tensions nerveuses et le cyprès calme le stress et l’irritabilité. Le géranium a des vertus calmantes et stimulantes tout à la fois et contribue à l’équilibre des hormones et de la peau. Les arômes envoûtants du jasmin, de la rose et du néroli génèrent un sentiment d’optimisme et de confiance en soi. Les perturbations du sommeil peuvent être soulagées en déposant quelques gouttes de sauge scarlée, de camomille, de lavande ou de ylang ylang sur l’oreiller. Pour combattre l’inconfort et la gêne causés par les bouffées de chaleur, rien de tel que la menthe poivrée, le cyprès, la sauge scarlée, le géranium et le citron. Astuce : garder un flacon d’huile essentielle de menthe poivrée à portée de main, en poche ou dans son sac par exemple, et inhaler pour faire passer une bouffée de chaleur. Cyprès, fenouil, géranium, genièvre, citron et romarin sont utiles en cas de rétention d’eau, de ballonnements et de constipation, tandis que géranium, menthe poivrée et romarin améliorent la circulation. Enfin, pour réguler un cycle menstruel parfois chaotique pendant la ménopause: camomille, géranium, rose et achillée millefeuille.

Bains aromatiques pour la ménopause 

Voici trois exemples de combinaisons d’huiles essentielles pour la ménopause tirées du Guide Larousse de l’aromathérapie.

  • Formule pour équilibrer l’humeur : 2 gouttes de sauge scarlée, 2 gouttes d’encens et 2 gouttes de lavande
  • Formule pour atténuer les bouffées de chaleur : 3 gouttes de cyprès et 3 gouttes de menthe poivrée
  • Formule contre les ballonnements et la constipation : 2 gouttes de fenouil, 2 gouttes de romarin et 2 gouttes de cardamome

Aromamassages pour la ménopause 

Les combinaisons d’huiles essentielles pour les massages reprises ci-dessous doivent être diluées dans une huile de support comme l’huile d’amande douce, de noyau d’abricot, d’onagre ou de sésame, par exemple :

  • Formule stimulante pour le moral : 2 gouttes de bergamote, 1 goutte de camomille allemande ou romaine, 2 gouttes de cyprès et 2 gouttes de rose diluées dans 20 ml d’huile de support.
  • Formule contre les bouffées de chaleur : 2 gouttes de cyprès, 2 gouttes de citron et 2 gouttes de menthe poivrée dans 20 ml d’huile de support.
  • Formule contre la rétention d’eau et les ballonnements : 2 gouttes de cyprès, 2 gouttes de mandarine, 2 gouttes de genièvre et 1 goutte de romarin

Parmi les Fleurs de Bach, Walnut est l’élixir de la ménopause. Notez enfin que la tisane d’anis, l’actée à grappes, le gattilier et le wild yam peuvent aussi aider à atténuer ses symptômes.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss