Morphologie et diététique : êtes-vous plutôt Chéops, Schwarzy, Sablier ou Tronc D’Arbre ?

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Le morphotype « Galilée » est celui de la personne parfaite dont le corps est à la fois beau esthétiquement et équilibré, « donc en bonne santé », estime le Dr. Alain Delabos. La plupart d’entre nous appartiendraient à dix autres morphotypes inférieurs mais perfectibles grâce à la morpho-nutrition…

Les canons de beauté n’ont pas toujours été ceux d’aujourd’hui, comme l’attestent notamment les oeuvres de Rubens. 

Visage fin, tour de poitrine égal à celui des hanches, tour de taille de 30 cm de moins que celui-ci pour les femmes et, pour les hommes, de 20 cm de moins… Si vous ne correspondez pas à ce modèle, tant pis pour vous ! Vous appartenez alors à l’un des dix types morphologiques imparfaits qui résulteraient d’erreurs nutritionnelles et de comportements alimentaires inadaptés, selon l’auteur du livre « Mincir en beauté là où vous voulez ». L’ouvrage en question regorge de conseils en diététique pour le moins farfelus qu’aucune référence scientifique ne vient étayer…

  • Le morphotype Chéops, essentiellement féminin : silhouette pyramidale avec peu de seins, taille épaisse, hanches fortes avec cellulite, trop de cuisses, culotte de cheval… Tout le volume est centré sur le bas du corps. Il existe, selon l’auteur, deux variantes de ce morphotype : le type Maya, où le haut du corps est à peu près « normal » et le type Rubens dont les membres sont également dodus.
    Les « erreurs alimentaires » à l’origine de la silhouette Chéops seraient les suivantes: trop de légumes, trop de féculents, pas assez de viande, pas assez d’aliments gras et la consommation de potages le soir. « Carnivore d’abord » doit être votre crédo, écrit le Dr Delabos. Ainsi, le déjeuner d’une personne mesurant 1.70 devrait comporter jusqu’à 270 gr de viande pesée crue mais aucun légume… 
  • Le morphotype Schwarzy, essentiellement masculin : silhouette en pyramide inversée présentant un torse très développé en déséquilibre avec le restant du corps, bras musclés, ventre plat, fesses trop maigres, hanches creuses…
    Les « erreurs alimentaires » responsables de cette morphologie ? Trop de viande, pas assez de salades, pas assez de poisson et pas assez de graisse… Pour une silhouette plus harmonieuse, l’auteur propose notamment une choucroute, un cassoulet ou un bœuf en daube au déjeuner, histoire de faire le plein de matières grasses… ! Il existerait deux variantes de ce morphotype : le type Mae West à la poitrine excessivement volumineuse et le type Don Camillo, plus répandu chez les hommes, qui se caractérise par des seins anormalement développés. Dans le premier cas, l’alimentation comporterait trop de sucre et dans le second, trop de pâtisseries.
  • Le morphotype Sablier, surtout féminin : cou fin, seins opulents, taille de guêpe, hanches arrondies, fesses trop rondes… Dans ce cas, les « erreurs alimentaires » seraient un excès de sucre et de fruits et une insuffisance de viande. L’auteur conseille de supprimer les fruits à tous les repas et de consommer les sucres exclusivement au goûter.
  • Le morphotype Monastique : cette silhouette en forme de tonneau, à la taille épaisse et au ventre proéminent, serait due à une surconsommation de féculents, surtout à midi, de pain et de pâtisseries, ainsi qu’à une insuffisance de viande.
  • Le morphotype Tronc d’Arbre : massive, monolithique, sans taille, avec le visage gonflé et les membres épais, c’est la silhouette des gros mangeurs. Elle serait le résultat de l’association exagérée de sucre et de gras favorisant le stockage et de dîners trop riches et trop copieux. Pour rétablir des proportions plus harmonieuses, l’auteur conseille de consommer moins de sucre, moins de féculents et plus de viande.
  • Le morphotype Ascétique : sans hanches, cuisses ni fesses, avec peu de seins ou de pectoraux, cette silhouette filiforme très prisée par les milieux de la mode résulterait, quant à elle, d’une insuffisance de tous les aliments (là, nous sommes bien d’accord!).

Source : « Mincir en beauté là où vous voulez grâce à la chrono-nutrition » (Poche), Dr. Alain Delabos

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Comment faire un barbecue moins toxique ?

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

La cuisson de viandes au barbecue peut produire des substances toxiques carcinogènes surtout si les flammes ou les braises sont trop proches.

Comment rendre la cuisson au barbecue moins toxique?

Comment rendre la cuisson au barbecue moins toxique?

La cuisson de viandes au barbecue produit des hydrocarbures aromatiques polycycliques comme le benzopyrène, un puissant carcinogène présent dans les fumées dégagées par les gouttes de graisse qui tombent sur les braises. Cette substance peut se fixer directement sur les gènes et les endommager : elle est « mutagène », c’est-à-dire qu’elle altère l’informatique moléculaire qui régit le bon fonctionnement de nos cellules. C’est l’un des principaux mécanismes du vieillissement cellulaire et de la formation de tumeurs. Un processus cancéreux est déclenché quand les gènes touchés sont ceux qui gouvernent la division cellulaire.

La chaleur provoque aussi la déformation des acides aminés constitutifs des protéines animales et leur transformation en amines, également nuisibles pour les gènes. En réalité, ce phénomène se produit déjà lors de cuissons « ordinaires » à la poêle, au four et au gril ; il est accentué en cas de cuisson au barbecue où les températures au niveau des braises peuvent atteindre 350°C. A noter : le poulet grillé possèderait le taux le plus élevé de ces substances génotoxiques…

La chaleur intense en général et celle du barbecue en particulier favorisent non seulement la formation de substances toxiques à la surface des aliments mais aussi leur pénétration à l’intérieur des aliments.

Que faire alors pour réduire la toxicité de la cuisson au barbecue ?

  • Jamais de contact direct : veillez à éloigner autant que possible les aliments riches en protéines (viandes et poissons) des flammes et des braises.
  • Envelopper les aliments dans du papier sulfurisé (pas de papier aluminium, qui peut aussi avoir des effets nuisibles pour la santé)
  • Découper et jeter les parties roussies, noircies ou brûlées
  • Modérer sa consommation de viandes et de poissons grillés au barbecue, à la poêle et au four ou frits et privilégier les cuissons douces, la consommation crue et les marinades.
  • Utiliser des sources de chaleur verticale plutôt que horizontale
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Les protéines de chanvre pour perdre du poids

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Riche en protéines, la poudre extraite du chanvre est aussi source d’oméga 6, d’oméga 3 et de fibres et constitue un complément alimentaire naturel idéal dans le cadre d’un régime amaigrissant.

La poudre extraite des graines de chanvre est particulièrement riche en protéines et constitue donc un complément alimentaire idéal en cas de régime amaigrissant.

La poudre extraite des graines de chanvre est particulièrement riche en protéines et constitue donc un complément alimentaire idéal dans le cadre d’un régime amincissant.

Le chanvre est employé depuis la nuit des temps en herboristerie. Souvent confondu avec la marijuana, plante de la même famille aux effets psychotropes bien connus, le chanvre possède de nombreux atouts thérapeutiques et culinaires (huile saine, complément alimentaire hyper-protéiné), mais aussi énergétiques (carburant vert) et industriels (fabrication d’isolants thermiques et acoustiques et de pièces pour voitures, par exemple). En outre, sa culture a un faible impact écologique par rapport à celle du blé (empreinte moyenne) ou de la betterave (empreinte élevée), par exemple.

Après un broyage à froid pour en extraire l’huile, les graines de chanvre sont moulues et transformées en poudre. Celle-ci contient 50% de protéines et constitue un complément alimentaire naturel de choix pour végétariens et végétaliens, enfants en pleine croissance et personnes souffrant d’une carence en protéines, mais aussi pour quiconque cherche à perdre du poids. Les protéines aident àmaigrir et sont donc très utiles dans le cadre d’un régime amaigrissant, notamment pour contrôler l’appétit (effet coupe-faim), réduire la rétention d’eau (effet diurétique) et éviter la perte musculaire et le ramollissement de la peau.

La poudre de chanvre est également riche en acides gras Oméga-6  et Oméga-3 qu’elle fournit en proportions idéales (3 parts d’Oméga-6 pour 1 part d’Oméga-3). Le rôle de ces acides gras dans la prévention des maladies cardiovasculaires est bien documenté. Enfin, la poudre de chanvre est une excellente source de fibres, indispensables pour une bonne digestion et pour réguler le taux d’insuline sanguin (et donc éviter un stockage excessif de graisses). Les fibres solubles en particulier aident à perdre du poids par leur effet coupe-faim et la rétention des calories lors du transit intestinal.

La poudre de chanvre a une saveur subtile de noisettes. Elle peut servir à réaliser des pains protéinés et s’accorde bien aux préparations froides: salades, céréales de petit déjeuner, yaourt, smoothies, compotes de fruits préparées à froid au blender, jus de légumes et autres pâtes à tartiner (houmous, guacamole, tehina…).

Pour booster votre organisme au maximum, optez autant que possible pour des préparations sans cuisson qui préservent au mieux les vitamines et les nutriments essentiels.

Quelle quantité de poudre de chanvre faut-il consommer pour en ressentir les effets bénéfiques? 

La dose journalière recommandée de poudre de chanvre est de 1 à 4 cuillères à soupe.

Indications: activité physique intense, régime amaigrissant, régime végétarien ou végétalien, carences en protéines, musculation, rétention d’eau, dépendance au sucre, troubles digestifs, risque cardiovasculaire.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss