Poitrine trop généreuse : comment réduire le volume des seins naturellement

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Le titane et le chardon béni auraient des vertus permettant de diminuer la taille des seins. Le cassis et le framboisier aideraient à maîtriser les gonflements de la poitrine liés au cycle menstruel ou à la ménopause.

Pour certaines femmes, une poitrine volumineuse peut constituer un problème. Avant de recourir à la chirurgie esthétique, pourquoi ne pas essayer une recette de grand-mère?

La chirurgie de réduction mammaire est la solution choisie par bon nombre de femmes qui souhaitent réduire la taille de leur buste. Mais ce type d’intervention est lourde, pas totalement sans risques et peut aussi être chère. En outre, la chirurgie ne résout pas les gonflements périodiques. En revanche, cela ne coûte (presque) rien d’essayer d’abord l’une ou l’autre truc de grand-mère, comme par exemple un soin à base d’oxyde de titane et de talc. Demandez à votre pharmacien de vous préparer un mélange selon la formule suivante : 1 gramme d’oxyde de titane pour 100 grammes de talc. Avant de vous mettre au lit, poudrez-vous abondamment la poitrine avec ce mélange et entourez-la d’une bande de gaze en la croisant devant en forme de 8 et en laissant les mamelons à l’air. La bande de gaze doit passer alternativement en-dessous puis par-dessus la glande mammaire, pour bien la soutenir et la comprimer. Fixez ensuite la bande de gaze avec des épingles et conservez-la toute la nuit. Quinze jours de ce traitement suffiraient à faire diminuer sensiblement le volume des seins…

En même temps, préparez une crème à base de teinture de chardon béni (carduus benedictus) et d’essence de lavande. Ajoutez à 40 grammes d’un excipient gras transcutané (de la vaseline par exemple), 1 gramme de teinture de chardon béni et 20 gouttes d’essence de lavande et mélangez bien les ingrédients. Matin et soir, faites pénétrer la crème ainsi obtenue en profondeur en massant bien les seins.

Des gonflements temporaires des seins parfois importants et douloureux peuvent se produire au moment des règles ou bien à la ménopause. Ces gonflements sont dus aux secrétions excessives d’une hormone sexuelle féminine, la folliculine. Une tisane à base de feuilles sèches de cassis et de framboisier peut aider à régulariser cette sécrétion ovarienne incommodante. Mélangez une cuiller à soupe de feuilles sèches de cassis et une cuiller à soupe de feuilles sèches de framboisier et faites-les bouillir quelques minutes pour obtenir une tisane. Buvez une grande tasse de cette tisane trois fois par jour lorsque ces gonflements des seins se présentent.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Comment se passe une opération de réduction mammaire?

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

La mastoplastie mammaire de réduction peut être pratiquée à tout âge pourvu que la patiente ne soit pas enceinte et que sa croissance soit achevée. Outre l’aspect esthétique du résultat, les techniques chirurgicales modernes permettent de maintenir la capacité à allaiter et la sensibilité de la peau, du mamelon et de l’auréole.

Cette opération est pratiquée en cas d’hypertrophie mammaire. Pendant la consultation préopératoire, le chirurgien évaluera les risques, le résultat et surtout l’aspect de la cicatrice postopératoire, qui sera inévitablement visible, au moins partiellement. Certains chirurgiens utilisent un programme de simulation par ordinateur qui permet de donner à la patiente une idée du résultat à attendre.  Mais ceux-ci ne seraient pas tout à fait fiables. L’apparence finale des seins dépendra surtout de la technique et du talent du chirurgien, de l’âge de la patiente, de l’élasticité de sa peau, du respect ou non des instructions à suivre pendant la période de convalescence,…

L’opération est précédée d’une série de tests dont une mammographie, une échographie et un test de grossesse (il ne faut pas être enceinte). Dans la plupart des cas, elle se déroule sous anesthésie générale et dure entre deux et quatre heures. La patiente est parfois opérée en position assise de manière à visualiser au mieux la position normale du sein. Le chirurgien veillera à respecter la capacité à allaiter et la fonction érotique du sein (sensibilité de la peau, de l’auréole et du mamelon), mais lorsque le volume de graisse, de peau et de glande mammaire à retirer dépasse un kilo et demi, il est parfois nécessaire de greffer l’auréole : dans ce cas, la capacité d’allaiter et la sensibilité de la surface de l’auréole seront perdues.

Les sutures sont réalisées avec des fils résorbables et les seins sont maintenus soit par un pansement modelant, soit par un soutien-gorge spécial. Un drain est placé pendant deux jours. Au total, une hospitalisation d’un ou de deux jours est requise.

Après l’opération, les douleurs sont modérées, ne durent que quelques jours et se produisent surtout à l’occasion de certains mouvements des bras. Une période de convalescence d’une à deux semaines sera nécessaire avant de reprendre le travail. La cicatrisation requiert une dizaine de jours et le port d’un soutien-gorge spécial est recommandé pendant deux mois. Le résultat final du remodelage du buste est obtenu en six mois et il est durable dans le temps (30 ans et plus). Les grossesses et l’allaitement ne l’altèrent pas mais il est généralement conseillé d’attendre un an avant d’avoir un enfant au risque de voir brunir ou s’élargir les cicatrices et se relâcher les tissus. Une exposition au soleil pendant la cicatrisation est déconseillée.

Enfin, il est également recommandé aux femmes qui ont subi une mastoplastie mammaire de réduction de porter un soutien-gorge pendant la journée et de surveiller leur poids.

Source : Le Guide Hachette de la Chirurgie Esthétique, Docteur Xavier Latouche et Chantal Higy-Lang

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

A qui s’adresse la chirurgie de réduction mammaire?

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Cette intervention de chirurgie esthétique s’adresse aux femmes qui souffrent d’hypertrophie mammaire c’est-à-dire que le volume des seins est disproportionné par rapport à l’ensemble de la silhouette. Cet état est à l’origine de problèmes d’image et peut aussi avoir des répercussions sur la santé physique.

Généralement d’origine purement génétique, l’hypertrophie mammaire n’est pas déterminée par les dimensions du soutien-gorge mais par le rapport entre celles-ci et les mesures du poids, de la taille et de la constitution de la patiente. Les seins hypertrophiques sont souvent affectés d’un relâchement des muscles qui leur confère une forme tombante peu esthétique. Un volume mammaire excessif peut également constituer une véritable gêne ayant un impact sur la santé physique comme sur le plan psychologique : manque de confiance en soi, difficulté à être confronté au regard des autres, crainte des remarques désobligeantes, difficulté à trouver des vêtements, maillots de bain et sous-vêtements assortis, impossibilité de pratiquer certaines activités sportives,… Chez les jeunes filles, une hypertrophie mammaire peut provoquer certains troubles de la croissance, et chez la femme adulte, des douleurs dans le dos. Par ailleurs, les contrôles de dépistage de maladies comme le cancer du sein peuvent être rendus plus délicats.

La chirurgie de réduction mammaire a pour objectif de rétablir des proportions plus harmonieuses tout en corrigeant une éventuelle asymétrie et les relâchements. Le chirurgien retire de la graisse, de la glande et de la peau, puis remonte et resculpte les seins. Les cicatrices sont inévitables et dépendent en grande partie de l’ampleur du problème à corriger et du talent du chirurgien plastique. Deux incisions formant ensemble un T inversé sont nécessaires : l’une horizontale, qui est généralement invisible, l’autre verticale, d’environ six centimètres, qui se termine par une découpe autour de l’auréole du mamelon (et qui laissera une cicatrice au moins partiellement apparente). Cette intervention s’adresse aux femmes de tous âges qui souffrent d’hypertrophie mammaire. Chez les adolescentes, il faudra s’assurer que la croissance des seins se soit stabilisée avant de passer en salle d’opération.

Source : Le Guide Hachette de la Chirurgie Esthétique, Docteur Xavier Latouche et Chantal Higy-Lang

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss