Kilos en trop : les circonstances aggravantes

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Le « surpoids circonstanciel » apparaît à certains tournants de la vie ou lors d’un bouleversement, d’un accident ou d’une maladie. Certains métiers sont également propices à la prise de poids.

Attention aux repas de travail! La plupart des hommes et femmes d'affaires ne peuvent y échapper. Solution? Faire des choix judicieux (salades, potages, grillades) et éviter de grignoter du pain, les plats en sauce et les desserts!

Attention aux repas de travail! La plupart des hommes et femmes d’affaires ne peuvent y échapper. Solution? Faire des choix judicieux (salades, potages, poisson, volaille) et éviter de grignoter du pain, les plats en sauce, les alcools et les desserts! (Photo: Phillip Capper)

Une majorité d’adultes conservent un poids stable situé dans une fourchette à peu près normale, qui correspond à leur « poids d’équilibre », sans prendre de mesures particulières. Nous l’avons vu, il existe un mécanisme réflexe d’autorégulation du poids : dans certaines limites, notre organisme s’adapte à la quantité de calories qu’il reçoit et à l’état de ses réserves caloriques.

Certaines circonstances de la vie peuvent néanmoins perturber ce mécanisme d’autocontrôle:

Le mariage et le divorce, souvent accompagnés d’une modification du style de vie, sont des caps dangereux à franchir, de même qu’une mise au chômage ou à la retraite, qui se caractérisent hélas souvent par une tendance à manger un peu plus et à grignoter pour tromper son ennui. D’autres circonstances peuvent avoir un impact non négligeable sur le poids corporel. L’abandon d’une activité sportive jusque-là pratiquée intensivement, une immobilisation forcée prolongée après un accident de voiture ou de ski, par exemple, l’achat d’une voiture ou un dépaysement : chez l’adolescent envoyé en séjour prolongé à l’étranger, la séparation d’avec le milieu familial combinée au changement d’habitudes alimentaires entraîne souvent une prise de plusieurs kilos. Certains problèmes de santé peuvent affecter le poids corporel. Après une intervention chirurgicale, une alimentation hypercalorique est souvent nécessaire en période de récupération : certaines personnes ont du mal à se réhabituer à une ration calorique normale après leur convalescence. Chez la femme, les grossesses et la ménopause sont les moments de tous les dangers en termes de contrôle pondéral. Arrêter de fumer s’accompagne aussi très souvent d’une prise de poids.

Par ailleurs, certains facteurs professionnels peuvent affecter le poids corporel. Par manque de temps ou par facilité, beaucoup de personnes actives prennent trop régulièrement leurs repas dans les restaurants de type « fast food ». Hamburgers, frites, chicken nuggets et autres spécialités de la malbouffe à l’américaine peuvent vraiment faire exploser la balance, de même que les demi-baguettes garnies de préparations à la mayonnaise.  A l’opposé, mais certainement aussi dangereux, sont les déjeuners et dîners de travail, partie intégrante de la vie de la plupart des hommes et femmes d’affaires. Les repas quotidiennement pris en cantine ou en restaurant d’entreprise, souvent mal équilibrés, peuvent également participer à l’installation insidieuse d’une surcharge pondérale. Enfin, le travail de nuit et le chamboulement des rythmes biologiques qui l’accompagnent incitent souvent le travailleur à grignoter tout en négligeant de prendre de vrais repas.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Le soja : un aliment-remède aux vertus multiples

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Le soja ou soya, aussi appelé « haricot d’Asie », est un aliment complet et très digeste fournissant une quantité remarquable de protéines, vitamines, oligoéléments et autres substances utiles pour la santé.

Le soja ou soya est un concentré de protéines, vitamines et autres nutriments essentiels!

Le soja ou soya est un concentré de protéines, vitamines et autres nutriments essentiels!

Indiqué dans la prévention des maladies cardiovasculaires et de la déminéralisation dentaire et osseuse, le soja serait aussi très bénéfique en cas de nervosité, de stress et de surmenage. Les isoflavones extraites du soja renferment des phytœstrogènes ou « œstrogènes alimentaires » qui agissent dans l’organisme à la manière des hormones naturelles, les œstrogènes, et sont réputées efficaces pour réduire certains symptômes de la ménopause et le risque de cancer du sein.

En grains ou en farine, le soja se prête aux préparations les plus variées et de nombreux produits dérivés du soja sont disponibles en grande surface : tofu, tempeh, lait de soja, yaourt et crème de soja, ainsi que diverses préparations imitant la viande (steaks, hamburgers et autres saucisses végétales à base de soja). Ces aliments à base de soja existent généralement aussi en version « bio ».

La graine de soja fournit entre 12 à 25% d’huile. Celle-ci est composée à 85% de « bons » acides gras non saturés : acides gras mono-insaturés (25 à 35% d’acide oléique) et poly-instaurés (40 à 50% d’acide linoléique). C’est aussi une très bonne source de sels minéraux (magnésium, calcium, fer, phosphore, potassium, sodium, soufre) et de vitamines essentielles (A, B1, B9, D, E, F). La lécithine présente en quantité non négligeable dans le soja joue un rôle bénéfique au niveau du cerveau où elle constitue le précurseur d’un neurotransmetteur impliqué dans la mémoire.L’une des caractéristiques les plus remarquables du soja est sans doute sa richesse en protéines, ce qui en fait un aliment constructeur de premier ordre. En effet, les protéines assurent la croissance et le renouvellement cellulaires et sont donc indispensables à la vie. Le soja contient environ 40% de protides contre 15 à 20% pour la viande. En outre, les protides du soja renferment les huit acides aminés dits « essentiels » en proportion presque parfaite. Ces acides aminés sont indispensables car l’organisme ne peut les synthétiser lui-même.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

L’aromathérapie pour atténuer les symptômes de la ménopause

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Parfumer l’eau du bain, l’huile de massage ou le coin de l’oreiller avec quelques gouttes d’huiles essentielles bien choisies peut vous aider à combattre bouffées de chaleur, prise de poids, rétention d’eau, déprime, insomnies et autres sauts d’humeur associés à la ménopause.

L'huile essentielle de géranium peut aider à réduire les symptômes de la ménopause... Le géranium a des vertus calmantes et stimulantes tout à la fois et contribue à l’équilibre des hormones et de la peau

L’huile essentielle de géranium peut aider à combattre certains symptômes de la ménopause, notamment la déprime, la fatigue et le vieillissement de la peau…

Associées à une bonne hygiène alimentaire et à une activité physique suffisante, les huiles essentielles constitueraient une alternative naturelle efficace au traitement hormonal de substitution (THS) La bergamote et la sauge scarlée induisent une agréable sensation de bien-être, la camomille apaise les tensions nerveuses et le cyprès calme le stress et l’irritabilité. Le géranium a des vertus calmantes et stimulantes tout à la fois et contribue à l’équilibre des hormones et de la peau. Les arômes envoûtants du jasmin, de la rose et du néroli génèrent un sentiment d’optimisme et de confiance en soi. Les perturbations du sommeil peuvent être soulagées en déposant quelques gouttes de sauge scarlée, de camomille, de lavande ou de ylang ylang sur l’oreiller. Pour combattre l’inconfort et la gêne causés par les bouffées de chaleur, rien de tel que la menthe poivrée, le cyprès, la sauge scarlée, le géranium et le citron. Astuce : garder un flacon d’huile essentielle de menthe poivrée à portée de main, en poche ou dans son sac par exemple, et inhaler pour faire passer une bouffée de chaleur. Cyprès, fenouil, géranium, genièvre, citron et romarin sont utiles en cas de rétention d’eau, de ballonnements et de constipation, tandis que géranium, menthe poivrée et romarin améliorent la circulation. Enfin, pour réguler un cycle menstruel parfois chaotique pendant la ménopause: camomille, géranium, rose et achillée millefeuille.

Bains aromatiques pour la ménopause 

Voici trois exemples de combinaisons d’huiles essentielles pour la ménopause tirées du Guide Larousse de l’aromathérapie.

  • Formule pour équilibrer l’humeur : 2 gouttes de sauge scarlée, 2 gouttes d’encens et 2 gouttes de lavande
  • Formule pour atténuer les bouffées de chaleur : 3 gouttes de cyprès et 3 gouttes de menthe poivrée
  • Formule contre les ballonnements et la constipation : 2 gouttes de fenouil, 2 gouttes de romarin et 2 gouttes de cardamome

Aromamassages pour la ménopause 

Les combinaisons d’huiles essentielles pour les massages reprises ci-dessous doivent être diluées dans une huile de support comme l’huile d’amande douce, de noyau d’abricot, d’onagre ou de sésame, par exemple :

  • Formule stimulante pour le moral : 2 gouttes de bergamote, 1 goutte de camomille allemande ou romaine, 2 gouttes de cyprès et 2 gouttes de rose diluées dans 20 ml d’huile de support.
  • Formule contre les bouffées de chaleur : 2 gouttes de cyprès, 2 gouttes de citron et 2 gouttes de menthe poivrée dans 20 ml d’huile de support.
  • Formule contre la rétention d’eau et les ballonnements : 2 gouttes de cyprès, 2 gouttes de mandarine, 2 gouttes de genièvre et 1 goutte de romarin

Parmi les Fleurs de Bach, Walnut est l’élixir de la ménopause. Notez enfin que la tisane d’anis, l’actée à grappes, le gattilier et le wild yam peuvent aussi aider à atténuer ses symptômes.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss