Le surpoids nuit à la santé! Bien plus qu’un simple slogan…

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Hypertension artérielle, insuffisance cardiaque, infarctus du myocarde, angine de poitrine, hypertrophie cardiaque, syndrome de la mort subite, embolies… Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde et sont à l’origine de 30% de tous les décès. Le surpoids peut favoriser ou accélérer leur apparition.

L’Indice de Masse Corporelle ou IMC permet de déterminer si une personne est en surpoids ou obèse.

L’Indice de Masse Corporelle ou IMC permet de déterminer si une personne est en surpoids ou obèse.

La cause la plus fréquente d’accidents cardiaques et vasculaires cérébraux est l’amas de dépôts graisseux (excès de cholestérol) sur les parois des vaisseaux sanguins qui alimentent le cœur ou le cerveau (athérosclérose). D’après l’Organisation Mondiale de la Santé, 80% des maladies coronariennes et cérébrovasculaires sont causées par une mauvaise alimentation, le manque d’exercice physique et le tabagisme. Le surpoids constitue un facteur aggravant. Par ailleurs, des recherches récentes ont permis de mettre en lumière le lien entre l’obésité et certaines anomalies dans la structure, la taille et le rythme des contractions du cœur.

Le surpoids peut aussi déclencher ou aggraver un certain nombre de troubles respiratoires tels l’apnée du sommeil (arrêts respiratoires nocturnes) ou le syndrome de Pickwick (endormissement en plein jour) et provoquer certaines complications en cours d’opération chirurgicale (risques liés à l’anesthésie, par exemple).

Plus la surcharge pondérale est importante, plus le risque de contracter un diabète de type 2 est élevé. Aujourd’hui, le nombre de diabétiques dans le monde s’est accru de manière exponentielle: d’après l’OMS, 346 millions de personnes étaient atteintes par cette maladie en 2011. 90% d’entre elles souffraient d’un diabète de type 2.

Le surpoids peut avoir une incidence non négligeable sur la mobilité (arthrose, fractures, usure prématurée des articulations) et aggraver des troubles staturaux préexistants (scolioses). Les personnes trop lourdes ont généralement besoin d’implants orthopédiques à un plus jeune âge. Par ailleurs, la surcharge pondérale peut être à l’origine de certaines complications en chirurgie orthopédique, notamment d’infections, de caillots sanguins ou de dislocations prématurées des prothèses. Souvent, une période de réadaptation plus longue sera nécessaire.

Le lien entre obésité et certains types de cancer a été établi scientifiquement, en particulier, le cancer du pancréas, le cancer du côlon, le cancer de l’utérus et des ovaires et le cancer du sein. Des études ont démontré que les femmes obèses courent un risque plus important de contracter un cancer du sein et à un plus jeune âge, que les femmes de poids normal.  En outre, diverses complications durant la grossesse (prolongation de la durée de l’accouchement, césarienne, bébé trop gros…) peuvent résulter du surpoids, ainsi que certains troubles gynécologiques tels l’irrégularité des règles, la stérilité ou le syndrome des ovaires polykystiques.

Le surpoids peut aussi causer un excès d’acide urique, la goutte, les calculs rénaux et les coliques néphrétiques, ainsi que divers troubles digestifs plus ou moins graves (calculs de la vésicule, foie graisseux, hernie hiatale) et problèmes de peau tels l’hirsutisme (excès de pilosité), les vergetures, les varices, la cellulite, l’intertrigo et d’autres lésions de la peau…

Enfin, il ne faut pas sous-estimer les problèmes psychiques et sociaux résultant du surpoids surtout s’il est important : anxiété, autodépréciation, mauvaise image du corps, dépression, discrimination professionnelle, isolement social…

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Stop à la surconsommation de sel!

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

La consommation quotidienne de sel ne devrait pas dépasser 5 gr pour les adultes. Mais dans les pays dits « riches », on en consomme en moyenne deux fois plus et même davantage…

La consommation quotidienne de sel ne devrait pas dépasser 5 gr pour les adultes.

La consommation quotidienne de sel ne devrait pas dépasser 5 gr pour les adultes.

Si le sel est essentiel au bon fonctionnement de notre organisme, la plupart des aliments en contiennent déjà au moins un peu à l’état naturel.

Les végétaux, en plus d’être alcalinisants, apportent de grandes quantités de potassium et peu de sodium. Pendant plus de 90% de son histoire, notre espèce a suivi un régime à base de fruits, racines, noix, graines et autres végétaux, et d’un peu de gibier, de poisson et d’œufs. Ce régime fournissait 5 à 10 fois plus de potassium que de sodium.

Le sel est apparu dans l’alimentation quand l’homme s’est sédentarisé : le sel était utilisé pour conserver les aliments et pour ses qualités gustatives. Avec l’avènement du prêt-à-manger et la chute vertigineuse de la consommation de produits frais, la consommation de sel a augmenté brutalement. La tendance à la surconsommation de sel est la conséquence directe du succès croissant des plats préparés, chips, charcuteries, snacks et autres friandises produites industriellement (même sucrées). L’accoutumance au goût du sel peut stimuler la demande en aliments très salés et devenir une habitude à long terme.

D’après l’Organisation Mondiale de la Santé, la consommation quotidienne de sel ne devrait pas dépasser 5 gr pour les adultes. Mais dans les pays dits « riches », on en consomme en moyenne deux fois plus et même davantage…Un Français avale aujourd’hui environ 12 g de sel par jour et seulement 2 g de potassium. Nous consommons aujourd’hui 2 à 4 fois plus de sel que de potassium. Les répercussions sur la santé? Hypertension artérielle, accidents vasculaires cérébraux, ostéoporose, calculs rénaux, rétention d’eau et cellulite …

Excès de sel et hypertension artérielle

Un repas dont la teneur en sel est d’environ 4 grammes perturberait les fonctions cardiovasculaires à peine trente minutes après son ingestion, d’après des recherches récentes menées à l’Université d’Adelaide en Australie.

Les résultats de l’étude australienne viennent renforcer les résultats des très nombreuses autres études déjà réalisées à ce sujet au niveau mondial. L’excès de sel entraîne une augmentation de la tension artérielle, même chez les enfants, et constitue l’un des principaux facteurs de risque des maladies cardiovasculaires. Une réduction d’environ la moitié des apports en sel diminuerait les accidents vasculaires cérébraux de 24 % et les maladies coronariennes de 18 %, selon l’OMS.

Sources : Organisation Mondiale de la Santé et Université d’Adelaide, Australie

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

L’hypertension artérielle : introduction

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

La tension artérielle est la pression exercée par le sang sur la paroi des artères. Cette pression sanguine dépend de la quantité de sang envoyé par le cœur à chaque contraction et de la résistance au passage de ce sang exercée par le réseau des artères de moyen et petit calibres.

La régulation de la tension artérielle se fait grâce à des mécanismes complexes dépendant, d'une part, du système nerveux autonome (aussi appelé système nerveux végétatif or encore sympathique) et, d'autre part, d'un certain nombre d'hormones. Tous ces mécanismes de régulation portent sur le diamètre des artérioles (plus ce diamètre diminue plus la résistance au passage du sang augmente) et sur la quantité de liquide circulant dans les vaisseaux (plus le volume de liquide est grand, plus la pression qu'il exerce sur les parois vasculaires est importante). La rétention et l’élimination d'eau par l’organisme déterminent le volume de liquide dans les vaisseaux et sont intimement liées au taux de sodium dans le sang, qui dépend lui-même de la consommation de sel (ou chlorure de sodium).

Il n'y a pas de limite bien tranchée entre une tension « normale » et une tension anormalement élevée ou hypertension (ou « HTA »), mais il existe toute une zone à risque dans laquelle il convient d’être vigilant et de prendre certaines mesures de prévention.

En Europe Occidentale, entre 10 et 15% des adultes sont hypertendus, c’est-à-dire qu’ils souffrent d’une tension artérielle trop élevée. L'hypertension artérielle impose un surcroît de travail au cœur qui, à la longue, se fatigue, se dilate et perd sa force de contraction. Les artères cardiaques ou coronaires subissent des chocs trop importants qui provoquent une altération de leurs parois et un vieillissement prématuré, faisant le lit de l'athérosclérose. Après des années d'hypertension artérielle, les artères cérébrales sont abîmées ou obstruées, ce qui augmente drastiquement le risque d'accident vasculaire cérébral. Enfin, l'hypertension permanente peut entraîner une insuffisance rénale.

Tension artérielle : les chiffres à surveiller

La tension s'exprime en millimètres (ou en centimètres) de mercure (mm Hg). Sa mesure comprend toujours deux chiffres : un maximum et un minimum.

Le maximum ou « pression systolique » correspond à la pression lors de la contraction cardiaque ou systole. Le minimum ou « pression diastolique » correspond à la pression lors de la dilatation cardiaque ou diastole.

Les chiffres tensionnels normaux pour un adulte d'âge moyen se situent entre 100 (10) et 140 (14) millimètres (centimètres) de mercure maximum, et entre 60 (6) et 90 (9) millimètres (centimètres) minimum.

Par ailleurs, ces valeurs augmentent après 40 ans. Pour le maximum (tension systolique), le chiffre augmente d’environ 10 mm (1 cm) Hg par tranche de 10 ans. Le minimum (tension diastolique) est beaucoup plus stable.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss