Retour au régime alimentaire des chasseurs-cueilleurs ?

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Notre patrimoine génétique n’est pas adapté à l’alimentation d’aujourd’hui. Les premiers Homo Sapiens ne connaissaient pas les farines, le sucre et les produits laitiers. Il mangeait surtout des légumes et un peu de protéines animales.

Un bol de céréales sucrées arrosées de lait au petit déjeuner est-ce réellement bon pour la santé?

Un bol de céréales sucrées arrosées de lait au petit déjeuner est-ce réellement bon pour la santé? Pas si sûr…

Physiologiquement nous sommes toujours adaptés au mode alimentaire de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs du Paléolithique. Nos gênes, pour la plupart identiques à ceux des premiers Homo Sapiens apparus il y a environ 200 000 ans, ne reconnaissent pas la grande majorité des calories que nous consommons.

Les études paléontologiques ont démontré que nos ancêtres étaient omnivores mais avec une nette tendance pour une alimentation végétale composée de fruits sauvages, noix, racines, feuilles et autres légumes comestibles disponibles dans la nature, les protéines animales (viande, poisson, œufs) n’étant consommées qu’occasionnellement, lorsqu’elles étaient disponibles (chasse ou pêche fructueuse, découverte d’un nid plein d’œufs). Encore aujourd’hui, l’humain possède des intestins d’herbivore, d’une longueur moyenne de 7 mètres, alors que ceux des carnivores font moins de 2 mètres.

Avec le développement de l’agriculture aux alentours de 10 000 ans avant notre ère, le régime alimentaire a intégré les céréales, qui étaient mangées sous forme de bouillies, pains et galettes. Les céréales ont pris une place de plus en plus importante au cours des siècles suivants. Puis apparurent le lait et les produits laitiers.

Avec le développement économique et celui de l’industrie agro-alimentaire des dernières décennies, la consommation de viande, de produits laitiers, de farines et de sucre explosa véritablement. Quelle conclusion faut-il en tirer ? Malgré les milliers d’années qui nous séparent des premiers Homo Sapiens, notre système digestif reste conçu pour un bol alimentaire composé majoritairement de légumes, noix et fruits, d’un peu de viande, de poisson et d’œufs, et ne comportant quasiment pas les trois types de produits hyper consommés aujourd’hui : le sucre et les farines raffinées, le lait et les produits laitiers. Certains experts vont jusqu’à affirmer que 80% de notre nourriture nous procure des sources de calories qui n’existaient pas à l’époque où notre patrimoine génétique s’est constitué. Pas étonnant alors que nous souffrions tant de toutes sortes de problèmes de santé et de surpoids…

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss