Morphonutrition : a chaque silhouette sa solution minceur

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Dans son livre « Maigrir selon votre silhouette », le Dr Raphaël Blairvacq dévoile les secrets de la morphonutrition et huit régimes différents permettant de perdre du poids de manière ciblée en fonction de son morphotype.

Les poignées d’amour et autres petits bourrelets sont souvent le résultat d’un mode de vie trop sédentaire.

Selon ce spécialiste en nutrition et diététique, les personnes en surcharge pondérale correspondent à huit profils types ou « morphotypes » principaux. Les kilos superflus s’accumulent à certains endroits spécifiques du corps et transforment la silhouette de manière différente selon leur origine : suralimentation, sédentarité, stress, hérédité, mauvaise circulation…   Pour chacun des huit morphotypes identifiés, le Dr Blairvacq propose un régime alimentaire sur mesure avec menus et recettes personnalisés ainsi qu’un programme sportif adapté et des conseils esthétiques et d’hygiène. En voici un bref aperçu :

  1. Surcharge pondérale de suralimentation : Les personnes concernées sont fortes du buste, avec le visage, le cou, les épaules et la poitrine épais et parfois le ventre également. Elles ont parfois une bosse de graisse sous la nuque. Raphaël  Blairvacq leur recommande de manger moins, évidemment ! En plus : jamais de pain blanc, de biscottes, de confiture, de pâte à tartiner au chocolat ou de pain seul sans accompagnement au petit déjeuner. Les compléments alimentaires conseillés : ginseng, chrome et vigne rouge.
  2. Surcharge pondérale de sédentarité : Autrefois plutôt minces et sportifs, les individus concernés ont développé des poignées d’amour résistantes depuis qu’ils ont arrêté de se dépenser régulièrement. L’excès de poids ne dépasse pas 3 kilos chez les femmes et 5 kilos chez les hommes. Selon le Dr Blairvacq, la reprise d’une activité sportive est impérative ! Il leur recommande aussi de prendre des gélules d’acide linoléique conjugué (CLA), de cacao, de thé vert et de resvératrol.
  3. Surcharge pondérale abdominale nerveuse : Les personnes concernées ont un gros ventre tendu avec un amas de graisse « en bouclier » sur l’avant de l’abdomen. Leur ventre est souvent douloureux surtout dans les moments de stress. Leur surpoids n’excède pas 10 kilos et seul le tour de taille est augmenté. Pour le Dr Blairvacq la priorité est de combattre les troubles du comportement alimentaire comme le grignotage, les fringales et les envies de sucre. Compléments alimentaires conseillés : mélisse, valériane, resvératrol, fructo-oligosaccharides, ginseng, chrome et charbon végétal.
  4. Obésité athérogène : Les individus concernés ont un ventre proéminent, froid et zébré de vaisseaux et des poignées d’amour. Leur surpoids ne dépasse pas 20 kilos et seul le tour de taille est augmenté. Ce type de silhouette fait courir de vrais risques pour la santé en raison de la présence d’une grande quantité de graisses viscérales. L’auteur propose d’agir sur tous les fronts et notamment de réduire le cholestérol et le sucre, de consommer plus d’aliments riches en oméga 3, et de prendre des gélules d’ail, de CLA, de lécithine de soja, de café vert et de resvératrol.
  5. Obésité métabolique prédiabétique : Les personnes affectées ont les jambes maigres et un gros ventre chaud (parfois très gros). Leur surpoids est de 20 kilos maximum. Parmi les conseils du nutritionniste : exclure tous les sucres dits « rapides » c’est-à-dire à index glycémique élevé. Compléments alimentaires conseillés : nopal, chrome, resvératrol, fructo-oligosaccharides et charbon végétal.
  6. Surcharge pondérale glutéale ou culotte de cheval : Seules les femmes sont concernées. Leur buste est souvent fin voire maigre mais leurs cuisses et fesses sont envahies de graisse et de cellulite. Parmi les conseils du Dr Blairvacq : réduire sa consommation de sel, de graisses saturées et de glucides à index glycémique élevé. Compléments alimentaires conseillés : thé vert, cacao et vigne rouge.
  7. Surcharge pondérale héréditaire ou culotte de zouave : Seules les femmes sont concernées. Leur silhouette « en violon » est caractérisée par une accumulation de graisse entre le nombril et les genoux avec cellulite sur les cuisses et les fesses et un petit bedon. L’auteur recommande de réduire sa consommation de sel et de sucres « rapides » et de prendre des gélules de thé vert, de vigne rouge, de mélisse et de fenugrec.
  8. Surcharge pondérale circulatoire ou bottes veineuses et lymphatiques : Seules les femmes sont concernées.  Leurs jambes sont lourdes, gonflées et envahies de cellulite, et leurs chevilles sont épaisses. Parmi les conseils du Dr Blairvacq : réduire le sel et consommer des aliments draineurs, notamment les protéines maigres, à tous les repas, même au petit déjeuner. Les compléments alimentaires conseillés : thé vert, hamamélis, cacao, reine-des-prés, criste-marine, fenugrec et vigne rouge.
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Comment évaluer son poids idéal ?

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

L'indice Quételet ou « Indice de Masse Corporelle » est la formule la plus communément admise mais il existe d’autres manières de calculer le poids idéal en fonction de la taille, du sexe, de l'âge et de la stature.

Pratiquement, chaque livre et chaque site de diététique propose ses propres tables de calcul du poids idéal mais ces chiffres n'ont qu'une valeur toute relative. A titre indicatif, voici quelques unes de formules les plus connues:

  • Formule de Broca (la plus ancienne mais aussi la plus grossière) : 
    Poids idéal en kg (P) = taille en cm (T) – 100
  • Formule de Lorenz :
    P = (T -100)  – (T -150)/4 pour l'homme
    P = (T – 100) – (T-150)/2,5 pour la femme.
  • Formule des assurances-vie américaines :
    P =(T -150)/4 x3 + 50
  • Formule de Bornhardt :
    P =T x périmètre thoracique/240
  • ou encore :
    P = (T -100) +âge/10 x 0,9 

L'Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S.) recommande actuellement la mesure appelée indice Quételet ou encore BMI ou IMC (Body Mass Index ou Indice de Masse Corporelle). Il s'obtient en divisant le poids réel en kilos par le carré de la taille en mètres

IMC =P/T²

L’IMC idéal se situe à 21 ,7 pour les hommes et à 21,2 les femmes. On admet que jusque 25 le risque est peu important, que de 25 à 30 il y a danger et qu'au-delà de 30 l'obésité est installée.

Mesure du pli cutané

Lorsque la proportion de tissu adipeux est de 25 à 30 % supérieure à la normale, on peut parler d’obésité. Son importance peut s'apprécier facilement par la mesure du pli cutané. Cette mesure se fait à l'aide d'un compas spécial. L'épaisseur de la peau n'étant que de 0,8 mn à 1,1 mm (suivant les régions), l'épaisseur du pli cutané permet d'évaluer l'épaisseur de la couche de graisse sous-cutanée. Vous pouvez effectuer vous-même un test simplifié : le test du pincement.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Surpoids et obésité en chiffres

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

D’après l’Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S.), à l’échelle mondiale, le surpoids et l’obésité tuent plus que la faim. En l’espace d’une trentaine d’années, le nombre de cas d’obésité a doublé. Il y aurait actuellement 1,5 milliard de personnes de 20 ans et plus en surpoids et parmi elles, 300 millions de femmes et 200 millions d’hommes obèses. Plus alarmant encore : en 2010, près de 43 millions d’enfants de moins de cinq ans étaient en surpoids.

Comment détermine-t-on si une personne est en surpoids ou obèse ?

L’Indice de Masse Corporelle ou IMC permet de déterminer si une personne est en surpoids ou obèse.

L’Indice de Masse Corporelle ou IMC permet de déterminer si une personne est en surpoids ou obèse.

Le surpoids et l’obésité se définissent comme une accumulation excessive ou anormale de graisse corporelle qui peut avoir un impact négatif sur la santé. La mesure la plus communément utilisée pour déterminer si un adulte est en surcharge pondérale ou obèse est l’Indice de Masse Corporelle (IMC). Il s’agit d’une mesure simple correspondant au poids en kilos divisé par le carré de la taille en mètres.

IMC = poids/(taille)² exprimé en kg/m²

D’après l’Organisation Mondiale de la Santé :

  • Une personne est en surpoids si son IMC est égal ou supérieur à 25
  • Une personne est obèse si son IMC est égal ou supérieur à 30

Le surpoids et l’obésité tuent plus que la faim

Aujourd’hui dans le monde plus de personnes meurent des suites d’une surcharge pondérale que de la malnutrition ou de la faim.

A l’échelle mondiale, le surpoids et l’obésité constitueraient le cinquième facteur de risque de décès : ils seraient à l’origine de 44% de la charge du diabète, 23% de la charge des cardiopathies coronariennes (angine de poitrine et infarctus du myocarde) et de 7% à 41% de la charge de certains cancers (du sein, de l’utérus, du côlon).

L’obésité infantile est associée à un risque accru d’incapacité et de décès prématuré à l’âge adulte. Elle est aussi à l’origine de divers problèmes de santé qui surviennent bien avant l’âge adulte : difficultés respiratoires, hypertension artérielle, résistance à l’insuline et apparition des premiers marqueurs de maladie cardiovasculaire, sans oublier le risque accru de fractures et la souffrance psychologique pouvant découler de l’excès pondéral.

Une épidémie planétaire

Autrefois considérés comme des problèmes propres aux pays riches, le surpoids et l’obésité progressent de façon spectaculaire dans les pays en développement, surtout dans les grandes villes. Près de 8 millions d’enfants en surpoids habitent dans des pays développés alors que 35 millions vivent dans des pays pauvres !

L’Organisation Mondiale de la Santé estime que la cause principale de l’obésité et du surpoids est un déséquilibre énergétique entre les calories consommées et dépensées. Plus précisément, ils sont le résultat d’une surconsommation d’aliments riches en graisses et en sucres mais pauvres en vitamines, en minéraux et autres micronutriments, d’une part, et d’autre part, de l’inactivité physique favorisée par la nature de plus en plus sédentaire du mode de vie moderne.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss