Comment arrêter de grignoter au bureau?

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Chocolats, gâteaux, bonbons et autres en-cas : notre lieu de travail regorge parfois de tentations sucrées ou salées. Difficile de résister, surtout lorsque ces petits plaisirs nous sont proposés par des collègues ou des clients…  

Difficile de refuser un morceau de gâteau lorsqu'un collègue fête son anniversaire...

Difficile de refuser un morceau de gâteau lorsqu’un collègue fête son anniversaire…

Dans un groupe social réduit, dire « non » peut être jugé comme une attitude peu sympathique et entraîner les moqueries, le ressentiment ou même l’exclusion. En même temps, le grignotage de ces aliments à index glycémique élevé est une mauvaise habitude qui peut mettre en péril vos efforts de perdre du poids ou de ne pas grossir, tout simplement. Dilemme…

Si vous succombez, que va-t-il se passer concrètement ? Votre organisme absorbera vite les sucres rapides présents en quantité, déclenchant la production d’insuline par votre pancréas. Cette hormone a pour mission de faire pénétrer les glucides dans les tissus de l’organisme où ils seront utilisés soit pour ses besoins énergétiques immédiats, soit pour constituer des réserves de graisse. Ensuite, votre taux de sucre sanguin retombera en peu de temps. Mais en cas de production trop abondante d’insuline, il descendra à un niveau trop bas, déclenchant du coup une folle envie de grignoter des aliments riches en sucres. C’est à ce moment précis que vous vous jetterez sur le paquet de biscuits que vous aviez presque oublié au fond d’un tiroir. De plus, le même scénario risque de se reproduire (pic d’insuline, hypoglycémie, envie de sucre…) et vous serez plongé dans une spirale infernale. Bonjour les dégâts !

Comment vous en sortir ? Tout d’abord, évitez d’emporter friandises et autres collations sucrées au bureau. Vous savez bien que vous n’y résisterez pas indéfiniment. Les moments de stress souvent fréquents dans le cadre professionnel sont particulièrement propices au grignotage tous azimuts. Si vous ne pouvez pas éviter de grignoter, prenez plutôt une pomme. Pour les plus audacieux : prenez des bouts de carotte et de céleri crus ou des tomate-cerise. Grignotez malin ! Essayez aussi d’impliquer vos collègues dans votre démarche en leur expliquant votre situation et en leur demandant de vous aider et de ne plus vous proposer de grignotage. En étant clair, vous les empêcherez d’imaginer que vous êtes antipathique, méprisant ou asocial…

Bien sûr, vous n’êtes pas obligé de refuser tout le temps. Mais avant d’accepter une collation sucrée, posez-vous les questions suivantes : avez-vous réellement faim ? En avez-vous réellement besoin ? Que va-t-il se passer ? Est-ce cela en vaut la peine ?

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Comment cesser de grignoter?

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

 

Les grignoteurs ont toutes les peines du monde à perdre du poids malgré les réelles privations qu’ils s’infligent parfois. Mais il est difficile de freiner le grignotage compulsif sans modifier certaines petites habitudes…

Beaucoup de personnes grignotent sans cesse et de manière anarchique aux différentes heures de la journée, alors même qu’elles mangent à peine lors des repas, les sautent ou refusent de se mettre à table avec le restant de la famille. Elles grignotent au bureau, devant la télévision, en rentrant à la maison, après le dîner et parfois même tout le temps… C’est peut-être votre cas ? Ce type de comportement alimentaire ne permet évidemment pas d’avoir une alimentation saine et équilibrée, condition essentielle à la perte des kilos superflus et au maintien du poids d’équilibre…

  • Vous grignotez le matin vers 10-11 heures – Ne sautez pas le petit déjeuner ! Forcez-vous à manger au moins une petite quantité de nourriture (une tranche de pain, un yaourt, une banane…). Si vous n’avez pas d'appétit le matin, c'est peut-être parce que vous avez dîné trop tard la veille. Essayez de dîner plus tôt. Souvenez-vous que le dîner doit être un repas léger. Si vous ne pouvez vous empêcher de grignoter en fin de matinée, évitez tout ce qui est sucré et grignotez malin : des bouts de carotte ou de céleri crus, des protéines maigres, une pomme…
  • Vous grignotez après le repas – Vous ne parvenez pas à vous arrêter de manger et/ou vous avez envie d’aliments sucrés en quantité après le repas ?  Prenez un fruit comme dessert et dégustez-le très lentement, en laissant le sucre qu’il contient imprégner les parois de votre bouche. Brossez-vous les dents à la fin du repas pour couper l'envie de manger davantage. Autres options : faire des exercices de respiration profonde, de relaxation ou de méditation. Passez en revue mentalement chaque partie de votre corps et prêtez attention aux sensations qu'elles vous procurent. N'êtes-vous vraiment pas rassasié? Grignoter vous procurera-t-il variment du plaisir ou est-ce un caprice? 
  • Vous grignotez en rentrant à la maison – Vous vous jetez sur le frigo aussitôt rentré ou bien vous grignotez en préparant le repas des enfants ? Offrez-vous un "sas de décompression" qui vous permette de faire une coupure avec le reste de la journée. Accordez-vous un peu temps pour un moment de plaisir « organisé » : préparez-vous un goûter léger, une tisane, une tasse de thé vert et installez-vous confortablement pour les déguster à votre aise. Pour éviter les fringales en fin de journée, veillez aussi à ne pas sauter ou « bâcler » le déjeuner. En médecine traditionnelle chinoise, le déjeuner est le repas le plus important de la journée. 
  • Vous grignotez le soir devant la télévision – Arrêtez de prendre vos repas devant la télévision, il n’y a rien de pire ! Prenez le temps de dîner à table, dans le calme, sans stress, sans faire autre chose, en mastiquant bien chaque bouchée. Brossez-vous les dents ou préparez-vous une tisane avant de vous installer devant la télévision. S’il le faut, enregistrez votre programme favori pour pouvoir le regarder à l’aise après le repas.
  • Vous grignotez au bureau – N’emportez plus de friandises et de collations sucrées au bureau. Si vous ne pouvez pas éviter de grignoter pendant que vous travaillez, prenez plutôt une pomme, des bouts de carotte ou de céleri crus, un yaourt… Grignotez malin ! Demandez à vos collègues de vous aider et de ne plus vous proposer de grignotage. 

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Pour grignoter malin, pensez aux protéines!

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

 

La nourriture sucrée ou grasse, rapidement digérée et assimilée, génère une satiété superficielle et la faim retourne au grand galop.

Le grignotage et les collations à base de chips, biscuits, chocolats et autres friandises ne retardent pas la survenue de la faim et ne réduisent pas les quantités de nourriture ingérées lors du repas suivant. Les aliments sucrés favorisent aussi le stockage des graisses. Par contre, le grignotage d’aliments riches en protéines permet de retarder la réapparition de la sensation de faim et de réduire l’appétit. Évidemment, il faut en limiter l’apport calorique et donc choisir des sources de protéines maigres.

Les aliments protéinés agissent comme de puissants coupe-faim et génèrent une sensation de satiété durable. Ces caractéristiques expliquent le succès des régimes ultra-protéinés (dont il ne faut pas abuser car ils peuvent aussi présenter certains risques). Ce type de régime permet, après deux ou trois jours, de faire disparaître quasi totalement la sensation de faim.

Tout cela ne pèse pas en faveur des apéritifs accompagnés de salami, chips, cubes de fromage et autres cacahuètes salées… qui sont loin de réduire l’appétit. Grignotez malin ! Mieux vaut un petit pot de fromage blanc maigre ou de yaourt, un verre de lait battu ou écrémé, un œuf dur, une tranche de jambon maigre ou quelques bâtonnets de surimi ! Le même effet coupe-faim et rassasiant peut être obtenu avec les protéines en poudre mais celles-ci ne sont guère très appétissantes !

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss