Le cacao : bon pour la santé et le moral

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Antioxydant, diurétique, antidépressif et stimulant : le cacao présente des atouts indéniables. Optez pour le chocolat noir pur ou mieux : le chocolat noir amer !

Ces jolies cabosses de cacao renfermes des trésors nutritionnels...

Ces jolies cabosses de cacao renferment des trésors nutritionnels…

Apprécié par les Mayas il y a plus de mille ans, le cacao fut introduit en Europe par le conquistador espagnol Don Hernán Cortés au seizième siècle. Il fut d’abord consommé sous forme de boisson puis, avec la révolution industrielle, naquirent les tablettes, bouchées, pralines et autres préparations culinaires que nous connaissons aujourd’hui.

Pour obtenir les précieux ingrédients du chocolat, les fèves de cacao fraîches sont fermentées puis séchées et torréfiées. Elles sont ensuite broyées et décortiquées pour séparer les coques des amandes. Celles-ci serviront à fabriquer la pâte de cacao, un mélange de beurre de cacao et de poudre de cacao.

Comme son nom l’indique, le beurre de cacao est une matière grasse de couleur blanchâtre composée à 61 % d’acides gras saturés (« mauvaises graisses ») et à 39% d’acides gras insaturés (« bonnes graisses »), dont 36% sont mono-insaturés et 3% polyinsaturés. Il constitue la base du chocolat.

La teneur en cacao du chocolat varie selon la recette : jusqu’à 90% pour le chocolat noir amer et entre 25% et 40% pour le chocolat au lait. Le chocolat blanc est composé exclusivement de beurre de cacao, de sucre, de produits laitiers et d’arômes (vanille, par exemple). Quant aux barres chocolatées, desserts et autres préparations au goût de chocolat, elles ne contiennent souvent pas la moindre trace de cacao. Or c’est le cacao qui est bon pour la santé !

Quelles sont les substances bénéfiques contenues dans le cacao ?

  • polyphénols: antioxydants aux effets anti-âge empêchant l’agrégation des plaquettes sanguines (comme l’aspirine) et protégeant le système cardio-vasculaire
  • théobromine : léger diurétique, améliore les performances musculaires
  • phényléthylamine : action antidépressive souvent associée au chocolat
  • caféine : action stimulante bénéfique à petites doses
  • magnésium : cet oligoélément essentiel dans le contrôle du stress et de la prise de poids nerveuse est  cependant mal absorbé par l’organisme en présence du beurre de cacao, car il n’est pas soluble dans les graisses (liposoluble).
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Les médicaments et traitements qui font maigrir

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

La plupart des médicaments anti-kilos sont potentiellement dangereux et doivent être pris sous contrôle médical strict. Certains ne sont prescrits qu’en cas d’obésité grave. Attention aux arnaques sur Internet !

Attention, les médicaments pour maigrir ont souvent des effets secondaires et sont parfois dangereux pour la santé.

Attention, les médicaments amaigrissants ont souvent des effets secondaires. Ils sont parfois dangereux pour la santé.

Les mucilages sont des substances inoffensives qui ont la propriété de gonfler et d’occuper jusqu’à cinq fois leur volume initial au contact de l’eau. Pris une demi-heure avant le repas avec un volume de liquide suffisant, ils produisent une sensation de plénitude et réduisent l’appétit. Les mucilages aident aussi à lutter contre la constipation très souvent présente lors d’un régime (et tout à fait néfaste à la perte de poids). En revanche, ces substances ont une efficacité relativement limitée en termes de perte de poids. Certaines algues renferment des substances mucilagineuses.

La prise d’extraits thyroïdiens a été très à la mode comme procédé d’amaigrissement et, malgré les risques qu’ils présentent pour la santé, certains médecins peu scrupuleux les prescrivent encore…  Les hormones thyroïdiennes, sécrétées par la glande thyroïde, règlent le niveau du métabolisme de base. La prise d’extraits thyroïdiens provoque les mêmes effets qu’une hyperthyroïdie c’est-à-dire une accélération du métabolisme de base et donc, une augmentation de la quantité de calories brûlées par l’organisme au repos. Or, s’il y a beaucoup d’hormones thyroïdiennes dans le sang, la glande thyroïde cesse automatiquement d’en fabriquer. Une glande thyroïde « mise au repos » peut avoir du mal à se remettre en route, d’où le risque d’hypothyroïdie à la fin du traitement (et donc, de ralentissement du métabolisme basal). Par ailleurs, en cas de surdosage, toutes sortes de complications menacent : nervosité, tachycardie (accélération excessive du rythme cardiaque), diarrhées, tremblements, insomnies… Ces troubles peuvent être irréversibles, voire mortels.

Les amphétamines, de véritables drogues induisant une accoutumance et une dépendance, sont anorexigènes c’est-à-dire qu’elles suppriment l’appétit. Ces médicaments procurent la sensation de déborder d’énergie et coupent tant l’envie de manger que celle de dormir. Un amaigrissement rapide s’en suit, naturellement ! A la fin du traitement, bon nombre de patients tombent en dépression et reprennent les kilos perdus, voire plus. Les amphétamines ont été retirées du marché Européen en avril 2000 suite à une décision de la Commission européenne.

Une nouvelle substance est actuellement présente sur le marché, l’orlistat (ou xenical), qui agit en diminuant la résorption des graisses par l’intestin. Elle est commercialisée par plusieurs grandes firmes pharmaceutiques. Les effets secondaires incluent la flatulence, la diarrhée et une diminution de la résorption de certaines vitamines. Prudence donc, surtout lors d’un traitement à long terme.

Les diurétiques sont des médicaments qui boostent l’élimination d’eau par voie urinaire: le poids qu’ils font perdre n’est que celui de l’eau expulsée. Les « tisanes amaigrissantes » et autres concoctions à base de plantes contiennent souvent des principes diurétiques ou laxatifs et ne font, elles aussi, perdre que de l’eau. Par ailleurs, l’usage intensif tant des diurétiques que des laxatifs peut induire des déséquilibres dangereux et provoquer une irritation du tube digestif difficile à guérir.

Enfin, la prescription de sédatifs peut aider certaines personnes à maigrir, en cas d’obésité nerveuse ou si le bouleversement des habitudes alimentaires est source d’anxiété importante.

Dans tous les cas, demandez conseil à votre médecin traitant et n’hésitez pas à demander une deuxième opinion. N’achetez jamais de médicaments sur l’Internet à moins d’être absolument certain de leur provenance et de leur composition. La toile regorge de médicaments contrefaits qui peuvent s’avérer non seulement inefficaces, mais aussi, dangereux.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Le traitement de l’hypertension artérielle

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

L'hypertension étant l’une des maladies les plus fréquentes, le nombre et le type de médicaments antihypertenseurs disponibles sur le marché sont considérables. La plupart présentent peu d’effets secondaires importants.

Le traitement de l'hypertension ne guérit pas la maladie; c'est un traitement qu'il faut, en règle générale, continuer à vie. Généralement, le médecin prescrit d’abords un médicament dont les effets sont bien connus. Si les résultats s'avèrent insuffisants ou si des effets secondaires gênants se manifestent, il lui associera un autre type d'antihypertenseur ou changera complètement de classe de médicament. Le choix du ou des médicaments dépend de l'expérience personnelle du médecin, des caractéristiques du patient et (idéalement) du coût du traitement. Si les doses prescrites sont bien adaptées et bien respectées, le traitement de l'hypertension est facile, efficace et entraîne peu d'effets indésirables.

Les diurétiques

Les diurétiques augmentent la quantité de liquide éliminé par les urines. Dans les cas d'hypertension légère, les diurétiques sont généralement efficaces (et peu coûteux). Des dosages faibles suffisent généralement. A fortes doses, les effets indésirables deviennent rapidement trop importants : sensation de faiblesse, somnolence, troubles gastro-intestinaux, éruptions cutanées, perte de sels minéraux et surtout, perte de potassium.

Les bêtabloquants

Utilisés seuls ou en association avec un diurétique ou un autre hypotenseur, bêtabloquants préviennent sans aucun doute les complications d'un infarctus du myocarde. Les principaux bêtabloquants sont : aténol, timolol, propranolol, bisoprolol, métoprolol, nadolol, carvédilol et acébutolol.

Les bêtabloquants peuvent avoir certains effets secondaires : insuffisance cardiaque, ralentissement des battements du cœur, troubles gastro-intestinaux, perte transitoire de l'audition, constriction des bronches, troubles du sommeil, dépression, impuissance… Ils peuvent aussi aggraver une hypoglycémie chez les personnes traitées par antidiabétiques et augmenter le taux de cholestérol.

Les vasodilatateurs

Les vasodilatateurs diminuent la tension artérielle en augmentant le diamètre des petites artères, ce qui permet une diminution de leur résistance au passage du sang. Les vasodilatateurs les plus courants sont les antagonistes du calcium, à savoir le vérapamil, les dihydropyridines el le diltiazem. Ces substances empêchent la pénétration du calcium dans la paroi des artères. Or, le calcium est indispensable à la contraction des muscles lisses de cette paroi. S’ils ne se contractent pas, le diamètre de l'artère restera le plus grand possible. Parmi les effets secondaires des vasodilatateurs notons le ralentissement ou l’accélération du rythme cardiaque, l’œdème des chevilles, les bouffées de chaleur, les vertiges et, pour le vérapamil, la constipation.

Les médicaments à action centrale

Les effets secondaires de ces antihypertenseurs sont fréquents. Les principaux médicaments à action centrale : la clonidine, la moxonidine et la guanfacine (entraînent de la somnolence, une sécheresse de la bouche et un ralentissement des battements du cœur) ; la méthyldopa (peut provoquer des dépressions, des troubles du foie et, plus rarement, une certaine forme d'anémie) ; et la kétansérine (effets indésirables tels que les maux de tête, les vertiges, une sécheresse de la bouche et parfois des arythmies).

Les inhibiteurs de l'enzyme de conversion

Les principaux sont le bénazépril, le captopril, le cilazapril, l'énalapril, le fosinopril, le lisinopril, le périndopril, le quinapril et le ramipril. Ce sont des médicaments qui inhibent la transformation d'une molécule inactive, l'angiotensine l, en une molécule active, l'angiotensine ll, qui est une hormone hypertensive. Bien tolérés, ils sont utilisés lorsque les diurétiques et les bêtabloquants sont contre-indiqués. Parmi les effets indésirables possibles : toux persistante, urticaire, œdème, troubles de l'équilibre et de la fonction rénale. Les inhibiteurs de l'enzyme de conversion sont contre-indiqués chez les femmes qui envisagent une grossesse.

Les antagonistes des récepteurs de l'angiotensine ll

Ce sont des médicaments très similaires aux précédents quant à leur action et leurs effets secondaires. Cependant, leurs effets à long terme sont encore mal connus. Les principaux sont le candésartan, l’irbésartan, le losartan et le valsartan.

Les alphabloquants

La prazosine et la térazosine sont les principaux alphabloquants indiqués dans le traitement de l'hypertension. Ces médicaments peuvent provoquer des hypotensions importantes, pouvant aller jusqu'à la syncope, surtout en début de traitement.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss