Dix astuces pour mieux brûler les graisses corporelles

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Voici revenue la saison des robes légères et des maillots de bain. Avant de vous lancer dans un régime amaigrissant draconien ou dans un programmes sportif anti-kilos épuisant, lisez attentivement ces quelques conseils! 

Pour se sentir bien dans sa peau cet été, il n'est pas forcément nécessaire de se lancer dans un programme amaigrissant drastique: suivre quelques règles alimentaires et faire un peu d'exercice peut suffire, surtout si vous n'avez que peu de poids à perdre...

Vous avez un peu de poids à perdre pour vous sentir bien dans votre peau cet été? Sachez qu’il n’est pas forcément nécessaire de vous lancer dans un programme amaigrissant drastique… 

Les graisses de réserve constituent jusqu’à 18% du poids de l’homme et 25% du poids de la femme : lorsque ces proportions sont dépassées, il est recommandé d’entreprendre un régime amaigrissant combiné à un programme d’exercice physique adéquat. Pour être utilisées comme carburant par l’organisme, les graisses corporelles doivent d’abord être désintégrées en glucides et en acides gras. Le processus chimique de désintégration des graisses s’appelle la lipolyse*.

Comment faciliter la lipolyse et le déstockage des graisses de réserve?

  1. Supprimer les glucides à index glycémique élevé
  2. Consommer des aliments à faible densité calorique
  3. Associer les protéines maigres et les légumes
  4. Fractionner la prise de nourriture en plusieurs repas et collations
  5. Manger des fruits entre les repas plutôt que pendant les repas
  6. Boire abondamment de l’eau entre les repas (à lire aussi: les bienfaits de l’eau thermale)
  7. Manger consistant le matin plutôt que le soir : le corps humain consomme 10 calories à la minute le matin, 5 calories le midi, 2 calories le soir et 1 calorie la nuit (à lire: Des horaires pour maigrir?)
  8. Veiller à l’équilibre de son alimentation pour éviter les carences en magnésium et autres nutriments essentiels
  9. Bouger autant que possible et faire du sport d’endurance. Le corps d’une personne sportive brûle plus de calories à tout moment (métabolisme de base plus élevé).
  10. Faire du sport à jeun, au saut du lit, ce qui permet de brûler plus de graisses qu’à tout autre moment de la journée

*Pour être en mesure de déclencher la lipolyse, la cellule graisseuse doit fonctionner parfaitement bien, ce qui n’est pas toujours le cas chez les personnes qui connaissent un surpoids important.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Le régime volumétrique

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Dans ce régime qui semble faire l’unanimité auprès des institutions de santé publique, l’accent est mis sur les nourritures à faible densité énergétique. Aucun aliment n’est interdit ni imposé. La perte de poids se situerait entre un demi et 1 kilo par semaine.

Avec le régime volumétrique, la perte de poids est obtenue grâce à la consommation d'aliments à basse densité calorique

Avec le régime volumétrique, la perte de poids est obtenue grâce à la consommation d’aliments à basse densité calorique comme les légumes non farineux, les potages et les laitages allégés.

Les aliments à faible densité calorique contiennent beaucoup d’eau et peu de calories par gramme. Ils étanchent bien la faim sans faire exploser le compteur de calories. Les légumes en sont le meilleur exemple : deux cents grammes d’épinards ou de tomates ne contiennent pas plus de calories qu’une dizaine de grammes de fromage de type camembert ou gruyère ou qu’un petit carré de chocolat.

Le régime volumétrique classifie les aliments en quatre catégories.

1) Les aliments à très basse densité calorique, qui constituent le meilleur choix: il s’agit des fruits et légumes non farineux, des potages et des produits laitiers allégés en matières grasses.

2) Les aliments à faible densité calorique représentent le deuxième choix: il s’agit des fruits et légumes farineux (bananes, fruits et légumes secs et pommes de terre…), les céréales, les viandes maigres, poissons et crustacés…

3) Les aliments à densité calorique moyenne qui incluent viandes rouges, fromages gras, la crème glacée et les frites, par exemple.

4) Les aliments à haute densité calorique comme les chips, le chocolat, les biscuits, les noix, le beurre et l’huile qui doivent quant à eux, être consommés en quantités aussi réduites que possible (mais sans les éliminer complètement).

Potages et bouillons, smoothies aux fruits, yaourt et fromage blanc allégés en matières grasses… Tous ces aliments contenant beaucoup d’eau sont naturellement à privilégier. La clé de ce régime est de remplacer dans la mesure du possible, des aliments des catégories (3) et (4) par des aliments ‘ressemblants’ des catégories (1) et (2). Par exemple : tremper des bouts de carotte crue dans du houmous (à base de pois chiches) plutôt que des chips (tacos) ou des graissins. Ou préférer tartiner le pain avec du fromage blanc allégé plutôt qu’avec du beurre.

L’avantage du régime volumétrique est que vous n’aurez pas faim. Rien n’est interdit, bien qu’on déconseille des aliments tentants comme les aliments transformés (plats préparés surgelés, en conserve ou frais, biscuits et en-cas divers). Ce régime nécessite une certaine disponibilité : il ne vous conviendra probablement pas si vous n’avez ni le temps ni l’envie de cuisiner. Ou si vous n’aimez pas les légumes, les fruits ou les potages…

Le régime volumétrique permettrait de perdre 500 gr à 1 kilo par semaine. La théorie sur laquelle il est fondé est la suivante : nous avons tendance à manger une quantité constante en volume de nourriture chaque jour, quelle que soit sa teneur en calories. A volume de nourriture égal, tout en privilégiant les aliments à faible densité calorique, nous pouvons réduire notre consommation de calories.

Cette approche est en réalité bien plus qu’un simple régime : il s’agit d’une forme de reconditionnement alimentaire qui requiert un certain apprentissage et représentera pour certains un véritable bouleversement des habitudes. Barbara Rolls, professeur en nutrition à la Penn State University (Etats-Unis) est la figure de proue américaine du régime volumétrique. Elle a publié deux ouvrages sur cette méthode: The Volumetrics Eating Plan et The Volumetrics Weight-Control Plan.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Les dix règles d’or de la diététique selon le Dr Jacques Fricker

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

 

Dans son bestseller très bien documenté « Le nouveau guide du bien maigrir », le médecin nutritionniste français Jacques Fricker fournit quantité d’information médicale à propos des causes du surpoids et des meilleures manières de le combattre. Voici dix conseils tirés du livre pour être en forme et en bonne santé, maigrir si nécessaire et garder la ligne.

  1. Consommer beaucoup d’aliments riches en fibres, surtout les légumes et remplacer le pain blanc par du pain complet
  2. Offrir une large place dans son assiette aux glucides à index glycémique faible et exclure les glucides à index glycémique élevé
  3. Consommer suffisamment de protéines d’origine animale (viande, poisson, laitages maigres, œufs,…) et/ou végétale (céréales complètes, légumes secs).
  4. Limiter la consommation de toutes les graisses: huiles, beurre, crème, fritures, …
  5. Boire beaucoup d’eau tout au long de la journée et un verre de vin maximum par repas. Exclure les boissons sucrées.
  6. L’ambiance des repas doit être détendue: éviter les tensions, prendre le temps nécessaire, manger assis, lentement et sans faire autre chose, faire trois repas par jour et ne pas faire l’impasse sur le petit-déjeuner…
  7. Compenser tout excès alimentaire: si la gourmandise n’est pas interdite, il faut rétablir l’équilibre énergétique immédiatement après chaque excès. Par exemple : vous mangez des frites un jour, prenez des légumes verts les jours suivants ; vous prenez une pâtisserie comme dessert, mangez des fruits les jours suivants…
  8. Associer les aliments pour maximiser leurs bienfaits : la combinaison d’une céréale et d’un légume sec (lentilles et riz, par exemple) permet d’augmenter l’apport protéinique par une action dynamique réciproque des deux ingrédients. Le bêta-carotène des légumes est mieux assimilé par l’organisme quand on l’associe à un filet l’huile ou une noix de beurre. Associer des aliments riches en fibres aux autres catégories (aliments protéinés, aliments gras) favorise la sensation de satiété et améliore la digestion.
  9. Veiller à la qualité et à l’originalité de ses repas : des recherches ont démontré que la quantité de calories nécessaires pour digérer un repas est deux fois plus grande lorsqu’il était agréable que lorsqu’il était insipide. De même, il faut plus de calories pour digérer un repas insolite qu’un repas habituel. Le goût et la nouveauté sont donc les amis de la ligne !
  10. Garder l’esprit critique par rapport à ce qu’on lit et entend sur la diététique et se faire sa propre philosophie !

*Le Dr Jacques Fricker est ce médecin nutritionniste et expert auprès de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments et des produits de santé (AFSSAPS) rebaptisée récemment Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé (ANSM). Il a aussi été chercheur à l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM)

Source : Dr Jacques Fricker, « Le nouveau guide du bien maigrir » (Broché)

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss