Régimes hyperprotéinés : quels dangers?

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Surdose d’acidité et déminéralisationCarence en magnésium, stress et surpoids. Lire la suite ... », rebond glucidique et addiction au sucreL’aspartame, un édulcorant toxique ?. Lire la suite ... », insuffisance rénale… La surconsommation de protéines animalesUn excès de calcium pourrait-il causer l’ostéoporose ?. Lire la suite ... » comporte des risques certains pour la santé.

Les régimes hyperprotéinés peuvent avoir des conséquences désastreuses pour la santé (photo: Anthony Albright)

Les régimes hyperprotéinés peuvent avoir des conséquences désastreuses pour la santé (photo: Anthony Albright)

Les effets secondaires des régimes dits « hyperprotéinés » sont bien documentés : mauvaise haleine, langue chargée (révélatrice d’un problème au niveau du foie ou de la vésicule biliaire), migraines, fatigue intense, crampes musculaires, constipationUne bonne digestion pour perdre du poids. Lire la suite ... » chronique pouvant être sévère, troubles de la vision, insuffisance rénale et formation de calculs rénauxL’eau, le meilleur remède contre le surpoids. Lire la suite ... ». D’autres conséquences sont moins connues : acidification du sang et risque d’acidose toxiqueUn excès de calcium pourrait-il causer l’ostéoporose ?. Lire la suite ... », déminéralisation, rebond glucidique et risque d’addiction au sucre.

Excès d’acidité et déminéralisation

Les viandes, laitagesQu’est-ce l’intolérance au lactose ?. Lire la suite ... », œufs et autres sources de protéinesPourquoi les protéines sont-elles indispensables? . Lire la suite ... » animales renferment du chlore, du soufre et du phosphore. Lorsqu’elles sont dégradées par l’organisme, elles produisent divers acides : acide chlorhydrique, acide sulfurique, acide phosphorique et surtout, acide uriqueComment éviter une acidification du sang ?. Lire la suite ... ». Contrairement aux carnivores, nous ne fabriquons pas l’enzyme essentielle au traitement de cet acide toxique (cette enzyme est appelée l’uraseComment éviter une acidification du sang ?. Lire la suite ... »). Les carnivores ont des intestins de moins de 2 mètres, ce qui leur permet d’expulser rapidement les déchets de viande avant qu’ils ne putréfient et deviennent toxiques. En revanche, l’être humain est muni de longs intestins d’herbivore (d’environ 7 mètres !), ce qui prolonge le séjour dans l’organisme et le passage des toxinesComment détoxifier son corps ?. Lire la suite ... » dans le système sanguin.

L’excès de protéinesOsez les laits végétaux !. Lire la suite ... » animales a donc pour effet d’acidifier le sang ce qui peut entraîner le développement de cellules tumorales.

Pour tenter de rétablir un taux d’acidité idéal (pH légèrement alcalin de 7,4), l’organisme va puiser dans ses réserves de minérauxCarence en magnésium, stress et surpoids. Lire la suite ... », provoquant du coup une déminéralisation des osUn taux d’acidité sanguin trop élevé nuit à la santé. Lire la suite ... », des dents, des cheveux, des articulations…

En outre, pour faire travailler les reins et éviter, entre autres, une insuffisance rénale ou la formation de calculs rénaux, les concepteurs des régimes hyperprotéinés recommandent de boire de grandes quantités d’eau… en fait, beaucoup trop d’eau. Car si la consommation d’eau en quantité est indispensable dans le cadre d’un régime amaigrissant (et en dehors aussi, d’ailleurs), la surconsommation d’eau fait perdre à l’organisme quantité de sels minéraux essentiels.  Résultat : le sang est acidifié et l’organisme doit puiser dans ses réserves de sels minéraux pour rétablir un meilleur équilibre acido-basique, et cela, au détriment des articulations, des os de la peau, des dents, des cheveux… De nombreuses études récentes mettent en évidence les tendances à la déminéralisation et en particulier, à la décalcification des osA quoi sert le cholestérol ?. Lire la suite ... » et des cartilages, induits par un régime de type hyperprotéiné. L’organisme perd 1 mg de calciumOsez les laits végétaux !. Lire la suite ... » par voie urinaire pour chaque gramme de protéines animales ingéré*

Le rebond glucidique

En interdisant tout apport de sucre, du moins dans un premier temps, les régimes dits « hyperprotéinés » vont mettre l’organisme dans une situation de pénurie de sucre, l’obligeant à puiser dans ses réserves de graisse pour les transformer en carburant (ce qui provoque une perte de poids). Problème : lorsque l’interdiction de sucre est levée, l’organisme va s’empresser de stocker le moindre sucre avalé sous forme de graisse corporelleUn bagage génétique encombrant issu du temps des famines. Lire la suite ... ». C’est le « rebond glucidique ». Après une phase de privationUn bagage génétique encombrant issu du temps des famines. Lire la suite ... » de sucre, il y a un risque accru de voir apparaître le cercle vicieux de la dépendance au sucreDépendances: sommes-nous tous accros? . Lire la suite ... », puisque le sucre appelle le sucre… Or les cellules tumorales raffolent de sucre !

Certains scientifiques ont étudié l’impact des régimes hyperprotéinés sur la santé et le lien entre ce type de régime et le cancerComment faire un barbecue moins toxique ?. Lire la suite ... ». En septembre 2010, une étude américaine très sérieuse**  menée sur 130000 adeptes de l’hyperprotéiné a montré une augmentation de 23% du risque de mort prématurée, de 14% du risque de décès par crise cardiaqueQu'est-ce un infarctus ?. Lire la suite ... » et de 28% du risque de cancer…

* Dietary protein and bone health, MRC Human Nutrition Research, The Elsie Widdowson Laboratory, Fulbourn Road, Cambridge CB1 9NL, UK. Fiona.Ginty@mrc-hnr.cam.ac.uk

** Low-Carbohydrate Diets and All-Cause and Cause-Specific Mortality: Two Cohort Studies, Annals of Interla Medicine, 7 September 2010 – Authors: Teresa T. Fung, ScD; Rob M. van Dam, PhD; Susan E. Hankinson, ScD; Meir Stampfer, MD, DrPH; Walter C. Willett, MD, DrPH; and Frank B. Hu, MD, PhD

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Laisser un commentaire