Les comportements et modes de pensée qui alimentent la dépression

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Rumination, pensées négatives, tergiversations,  inactivité, laisser aller, isolement, culpabilité, honte, désespoir : certains comportements et modes de pensée sont typiques de la dépressionLe sport contre le stress et la déprime. Lire la suite ... » et l’alimentent.

La négligence des tâches quotidiennes comme le ménage, la lessive et la vaisselle peut être révélatrice d'une dépression.  Le laisser aller entretient aussi l'état dépressif...

La négligence des tâches quotidiennes comme le ménage, la lessive et la vaisselle peut être révélatrice d’une dépression. Cela fait partie d’un laisser aller plus général qui entretient l’état dépressifComment sortir d’un état dépressif ?. Lire la suite ... »… 

La rumination : la plupart des dépressifs sont enfermés dans un processus répétitif de pensées négatives et ressassent sans cesse les mêmes idées et questions. La rumination est un processus circulaire, de pensée « en boucle », qui « tourne en rondLa prise de poids chez les hommes. Lire la suite ... » ». Par exemple, la pensée se focalise sur un problème qu’elle décortique et analyse sous tous les angles de manière obsessionnelle sans pouvoir le résoudre ; ce problème prend une importance disproportionnée. Ou bien l’on se passe et repasse mentalement un événement dans le moindre détail en cherchant par exemple à se rassurer.

La négativité : la personne dépressive a tendance à se sentir dévalorisée, impuissante, « enfermée » dans sa vie comme dans une cage ; le monde qui l’entoure lui paraît effrayant, menaçant ou détestable. La négativité peut aller jusqu’au désespoir : la personne dépressive pense qu’elle n’ira jamais mieux ou que la situation ne s’améliorera jamais.

L’inactivité : il arrive souvent que le dépressif néglige les tâches quotidiennes (ménage, soins à sa personne, enfants, travail etc.) et les activités qui lui procuraient du plaisir auparavant (sociales, culturelles, sportives, etc.) … Il peut avoir du mal à se lever et à affronter la journée. Il peut éprouver une sensation de léthargie  et  s’adonner parfois à de très longues siestes durant la journée.

Le repli sur soi : la dépression se caractérise aussi par l’évitement des rencontres et de la communication avec les autres. Le dépressif n’a pas envie de voir ou d’appeler ses amis, il fuit les occasions de « socialiser » et préfère se réfugier dans sa solitude.

La tergiversation : de tâches simples comme passer un coup de téléphone, faire une course, répondre à un courrier important ou effectuer un paiement peuvent paraître difficiles voire angoissantes. La personne peut ainsi prendre des jours ou des semaines à se décider à les accomplir (ou ne jamais les accomplir).

La honte et la culpabilité : le dépressif peut éprouver un immense sentiment de honte par rapport à son état et ce que pourraient en penser les personnes de son entourage. Il se sent coupable d’infliger son état et ses humeurs à son entourage.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Laisser un commentaire