Les comportements alimentaires anachroniques font grossir

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Le grignotagePour grignoter malin, pensez aux protéines!. Lire la suite ... », la boulimieChirurgie de l'amaigrissement: les mangeurs compulsifs en danger de basculer vers d'autres dépendances . Lire la suite ... », les fringales et les repas nocturnes détraquent notre horloge biologiqueBiorythmes et chronothérapie. Lire la suite ... », provoquant fatigue et déprime15 symptômes de la dépression. Lire la suite ... », indigestion chronique, problèmes intestinaux, rétention d’eauStop à la surconsommation de sel!. Lire la suite ... », déséquilibres hormonauxHypothyroïdie et prise de poids. Lire la suite ... » et prise de poids.

D’après Pierre PallardyMaigrir grâce à la gymnastique des deux cerveaux. Lire la suite ... », auteur du livre « Et si ça venait du ventre », la boulimie, c’est-à-dire l’envie irrépressible de manger n’importe quoi sans appétit et à toute heure, aboutirait toujours à un stockage excessif de graisses, de même que le grignotage, qui est la prise répétitive et automatique de petites quantités de nourriture déclenchée sans faim. La fringale, l’envie urgente de manger due à l’insuffisance du repas précédent, à un choc émotionnel ou à un effort physique prolongé, peut aussi aboutir à une prise de poids, selon ce diététicien et ostéopathe français. Pour lui, manger nerveusement sans appétit et sur le pouce à tout moment de la journée ou de la nuit, sans tenir compte des rythmes biologiques naturels de notre organisme, est aussi à l’origine de toute une série d’autres problèmes de santé plus ou moins graves comme l’indigestion chronique, le gonflement des intestins, l’inflammation de la muqueuse intestinale, la fatigue, la déprime, ainsi que les troubles cardio-vasculaires, lymphatiques et hormonaux.

Notre horloge biologique prévoit que nous fassions trois, quatre, voire cinq repas par jour selon l’intensité de notre activité physiqueComment sortir d’un état dépressif ?. Lire la suite ... ». Pierre PallardyAllez, bougez, remuez-vous! Vous n’avez pas d’autre choix…. Lire la suite ... » conseille de prendre un petit déjeunerLa théorie du petit déjeuner consistant a du plomb dans l’aile. Lire la suite ... » léger puis d’attendre quatre heures au moins entre chaque repas (trois heures en cas d’activité physique intense). Pourquoi ? Les ruptures répétées des horaires des repas peuvent provoquer le dérèglement de notre horloge biologique et des modifications de notre métabolismeLes vertus minceur du café à petites doses. Lire la suite ... ». Parfois ces ruptures sont inévitables (voyages, décalages horairesLa qualité et le nombre d’heures de sommeil quotidien peuvent affecter votre poids. Lire la suite ... », insomnies, travail nocturne).

La prise alimentaire nocturne et le repas unique augmentent le taux de cholestérol et les dépôts graisseux sur les artères. Par ailleurs, la digestionQuels sont les bienfaits pour la santé des probiotiques ?. Lire la suite ... » s’opère de façon différente pour un même repas selon qu’il soit consommé à midi ou à minuit. Un repas pris dans l’urgence, par manque de temps ou dans un contexte de stressLe sport contre le stress et la déprime. Lire la suite ... » déclenche des mécanismes qui ont pour effet final la prise de poids. Il en va de même pour les régimes qui suppriment l’un ou l’autre aliment (régimes hyper protéinés, par exemple) et le jeûne, selon l’auteur. L’estomac sécrète les sucs digestifs à heures fixes et s’ils n’ont rien à traiter, ils se transforment en acides toxiques pour l’organisme.

Source : Pierre Pallardy, « Et si ça venait du ventre » (Robert Laffont)

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Laisser un commentaire