L’Âyurveda peut aider à résoudre un problème de surpoids

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

La médecine ayurvédique associe diverses approches thérapeutiques issues de la plus ancienne tradition indienne. La diététique y occupe une place privilégiée : à chaque individu correspond une série d’aliments-remèdes qui lui permettront de retrouver santé, vitalité et poids idéal.

L’Âyurveda ou médecine ayurvédique est une forme de médecine traditionnelle et naturelle qui puise ses sources dans le Véda, ensemble de textes sacrés de l’Inde antique. Le terme « Âyurveda» provient de l’association de deux mots sanscrits : ayur, « vie » et veda, « science ». Il s’agit d’un système holistique fondé sur une approche globale à la fois physique, mentale et spirituelle. L’Âyurveda est devenue une forme de médecine alternative dans les pays occidentaux ; sa valeur médicale est reconnue par l’Organisation Mondiale de la Santé.

L’Âyurveda croit en l’existence de cinq grands éléments qui forment tout l’univers et tout ce qui est vivant : l’espace, l’air, le feu, l’eau et la terre. La chair, le sang, le gras, l’os, la moelle, le chyle et le sperme sont les sept principaux éléments constitutifs de l’organisme. L’espace (ou éther) est présent dans les cavités du corps (bouche, abdomen, voies digestives…) ; l’air anime les mouvements respiratoires et musculaires, les pulsations cardiaques et le fonctionnement des voies digestives ; le feu se manifeste la température et dans le métabolisme du corps; l’eau se retrouve dans les sucs gastriques et dans le sang; et enfin, la terre est présente dans les os, les tendons et les muscles notamment. Les cinq éléments fondamentaux se combinent dans trois grandes énergies vitales ou « humeurs », appelées doshas, qui régulent l’ensemble des processus physiques et mentaux : le vata (vent, esprit, air), le pitta, feu, bile et le kapha, terre, eau, mucus.

Selon la médecine ayurvédique, chaque être naît avec un équilibre spécifique des trois énergies vitales. Le ou les doshas dominants (et inaltérables) chez l’individu déterminent ses faiblesses, ses tendances, ainsi que le style de vie et le régime alimentaire qui lui sont bénéfiques. Ainsi, sa constitution physique et sa tendance éventuelle à l’embonpoint dépendent pour une grande part de ceux-ci. Pour déterminer le ou les doshas dominants, le praticien ayurvédique examinera la constitution du patient, son mode de vie, ses antécédents personnels et médicaux, sa peau et de l’apparence de sa langue, notamment. Ensuite, il mettra en place tout un programme pour rétablir l’équilibre de ses énergies vitales: régime alimentaire adapté, préparations phytothérapeutiques ou aromathérapiques, cures de désintoxication à base de vomissements, de purgations et de lavements, massagesLe massage biodynamique. Lire la suite ... » aux essences végétales chaudes. Un métabolisme sain couplé au bon déroulement de la digestion et de l’excrétion est source de vitalité, de santé et de bien-être. L’Âyurveda met aussi l’accent sur l’exercice physique, le yogaComment éviter les douleurs musculaires . Lire la suite ... » et la méditation.

La diététique occupe une place privilégiée dans la médecine ayurvédique. Le choix spécifique de l’aliment-remède dépend de sa « qualité » déterminée selon vingt critères tels que chaud, froid, sec, mouillé, léger, lourd… Le classement des aliments se fait selon leurs caractéristiques (doux, salé, aigre, amer, âpre, piquant) et selon leur impact positif ou négatif sur le ou les doshas dominants du patient. Le dosha kapha préfère les goûts piquant, amer et astringent, le dosha pitta est plus enclin aux goûts sucrés, amers et astringents et le dosha vata, aux goûts salés, sucrés et acides. En outre, l’Âyurveda recommande de ne prendre que deux repas par jour et à l’issue du repas, l’estomac doit être au tiers rempli de solides, au tiers de liquides et au tiers vide…

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Laisser un commentaire