La testostérone aiderait les hommes obèses à perdre du poids

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

 

Le faible taux de testostérone caractéristique chez beaucoup d’hommes obèses favoriserait aussi la prise de poids. Un traitement visant à relever la concentration sanguine de cette hormone sexuelle permettrait de briser la spirale infernale et de perdre beaucoup de kilos, d’après une étude récente. 

Les recherches sur l’obésité ont établi depuis un certain temps déjà le lien entre testostérone, surpoids et prise de poids: d’après les statistiques, la probabilité d’être obèse, de souffrir d’un diabète de type 2 et d’avoir une pression artérielle trop élevée est deux fois plus élevée chez les hommes de 45 ans et plus dont le taux de testostérone est en-dessous de la moyenne normale.

Dans une étude clinique récente présentée lors d’une conférence sur l’obésité* à Lyon en mai 2012, 251 hommes obèses entre l’âge de 38 et de 83 ans ont reçu un traitement à base de testostérone (voir: comment évaluer son poids idéal). Sur une période de cinq ans, la perte de poids moyenne enregistrée était de 16 kilos et la réduction du tour de taille, de 9 cm. En parallèle à cet amaigrissement important, les chercheurs ont observé une baisse significative des taux de mauvais cholestérol (cholestérol LDL) et de triglycérides sanguins, du taux de glucose sanguin et de la pression artérielle. Selon les auteurs de l’étude, un traitement à la testostérone n’accroîtrait pas les risques de développer un cancer de la prostateSurpoids et cancer de la prostate. Lire la suite ... ».

Comment expliquer ces résultats ? La testostérone aurait un effet dynamisant : elle boosterait les niveaux d’énergie et du coup, la motivation à bouger et à se dépenser physiquement. La testostérone a aussi pour effet d’accroître la masse maigre aux dépens de la masse grasse.

* L’étude à laquelle se réfère cet article a été présentée lors de la Conférence ECO2012 organisée à Lyon entre le 9 et le 12 mai 2012 à l’initiative de l’association européenne pour l’étude de l’obésité EASO. 

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Laisser un commentaire