La psychothérapie cognitive et comportementale

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

 

Utilisable pour un très grand nombre de pathologies, la thérapie cognitive et comportementale est généralement de courte durée (6 mois à 1 an) et consiste à confronter le patient très progressivement à la cause de sa souffrance dans le but de rompre certains réflexes ou modes de penser conditionnés.

Elle agit sur trois fronts : la cognition ou pensée qui vient avec un stimulus donné; l’émotion suscitée, c’est-à-dire ce qui fait suite à la pensée ; et le comportement, c’est-à-dire l’attitude ou l’agissement qui en découle.

Les distorsions cognitives peuvent entraîner des émotions et des comportements pathologiques mais il est possible de rectifier cette activité cognitive et d’obtenir une modification des émotions et des comportements qui en découlent. En matière de cognition, il s’agit de permettre à l’individu d’acquérir, d’organiser et d’utiliser le savoir sur soi et sur le monde extérieur. La cognition fait appel à la pensée, à la prise de décisions et à la mémoire. En matière de comportement, il s’agit de proposer un enchaînement ordonné d’actions destinées à adapter l’individu à une situation telle qu’il la perçoit et tel qu’il l’interprète.

Le programme de traitement comporte diverses techniques telles

le dépassement du traumatismeLe surpoids et la difficulté à maigrir, d’origine psychologique ? . Lire la suite ... » : le patient apprend à diminuer son sentiment de responsabilité, sa culpabilité, à admettre son impuissance.

En thérapie cognitive et comportementale, le patient n’est pas pris dans sa globalité (en tant qu’être biologique, psychologique, social, énergétique et spirituel) et on n’envisage pas les éléments qui ne font pas partie de sa demande. Seul le problème actuel est pris compte. Elle agit sur les acquis pour modifier le comportement. Le patient doit assumer un rôle actif dans la thérapie.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Laisser un commentaire