La prise de poids, un phénomène inflammatoire?

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Les polluants absorbés et stockés par notre organisme seraient responsables de la fixation des graisses corporelles et de l’érosion de la masse musculaire chez les personnes en surpoids. Le processus serait comparable à celui qui provoque la celluliteLa surcharge pondérale héréditaire ou "culotte de zouave". Lire la suite ... » infectieuse.

Une coupure, une plaie chirurgicale, une morsure d’insecte ou une brûlure peut être à l’origine d’une infection bactérienne qui provoque à son tour une inflammation des tissus conjonctifs sous-cutanés entraînant la constitution de cellulite dite « infectieuse ». Ce type de cellulite parfois très douloureuse se soigne par la prise de médicaments anti-inflammatoiresComment détoxifier son corps ?. Lire la suite ... » et antibiotiques et peut présenter certaines complications (infections microbiennes multiples, résistance aux traitements). Certaines études ont permis de mettre en lumière un phénomène inflammatoire similaire au niveau des tissus adipeux de l’abdomen et d’autres parties du corps. L’accumulation de graisses provoquerait une réaction de rejet de l’organisme, comme si elles constituaient un corps étranger. Les globules blancs confondent ces amas de graisse avec une menace bactérienne ou virale et s’y attaquent provoquant du coup une inflammation locale. Cette inflammation s’accompagnerait d’un durcissement (fibrose) des tissus adipeux et de la fixation des graisses. Par conséquent, il serait plus difficile de s’en débarrasser. La réaction immunitaire de l’organisme aurait donc pour effet d’« incruster » les graisses.

La présence dans nos cellules adipeusesDix astuces pour mieux brûler les graisses corporelles. Lire la suite ... » de diverses molécules toxiques solubles dans les graisses, principalement les polluants chimiquesComment faire un barbecue moins toxique ?. Lire la suite ... » comme les pesticides, les polychlorobiphényles (PCB) et les retardateurs de flamme, pourrait être à l’origine de ce phénomène. Notre alimentation constituerait la première source d’exposition mais il y en a d’autres comme les plastiques d’emballage alimentaire, les vernis, les peintures, les laques et autres produits utilisés pour les revêtements d’intérieur. Par ailleurs ces substances sont aussi potentiellement cancérigènes et se combinent pour former des cocktails chimiques dont les effets à long-terme sont encore méconnus.

En cas de blessure, d’infection ou d’autre attaque grave, l’organisme doit pouvoir mobiliser un maximum de ressources pour fabriquer des globules blancs et des anticorps. Les acides aminés essentiels aux réponses immunitaires et à la cicatrisation sont puisés dans les tissus musculaires. Les muscles « grignotés » se reconstituent en principe très vite lors de la convalescence. Mais dans le cas d’une surcharge pondérale importante ou d’obésité, l’inflammation des tissus adipeux peut devenir chronique. On assiste alors à une lente et constante érosion musculaire. Une réduction de la masse musculaire provoque une réduction de la consommation d’énergie par l’organisme (les muscles sont particulièrement énergivores). Si les caloriesFaire de la musculation peut aider à maigrir. Lire la suite ... » ne sont pas brûlées, elles sont inévitablement stockées sous forme de graisses… ce qui a pour effet de relancer l’inflammation, la prise de poids et ainsi de suite. Cette réaction en chaîne inquiétante peut être interrompue, semble-t-il, par la consommation régulière d’aliments riches en nutriments anti-inflammatoires.

A lire aussi : les aliments anti-inflammatoires

 

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Laisser un commentaire