Endorphines et dépendance

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Nous fabriquons tous notre propre morphine interne : l’endorphineLe sport contre le stress et la déprime. Lire la suite ... ». Il s’agit en réalité d’une trentaine de substances euphorisantes et anesthésiantes présentes dans le système nerveux et dans les organes.

Similaires à l’opium, qui les imite, les endorphines sont produites par l’hypothalamusOh, inatteignable légèreté!. Lire la suite ... » et l’hypophyse en cas de douleur, lors d’un effort physique et pendant l’excitation sexuelle et l’orgasme, et la consommation d’aliments épicés notamment.

Les endorphines permettent à l’organisme de préserver son équilibre : tout stressLa qualité et le nombre d’heures de sommeil quotidien peuvent affecter votre poids. Lire la suite ... », tout effort intense, toute situation nécessitant une vigilance accrue entraîne une augmentation de la sécrétion d’endorphines. Celles-ci calment la douleur ou l’angoisseLe sport contre le stress et la déprime. Lire la suite ... » et nous procurent une sensation de bien-être, de plaisir ou de réconfort. Tout comme l’alcoolConsommation d'alcool et kilos en trop. Lire la suite ... », la nicotineDix conseils pour en finir avec la cigarette sans grossir. Lire la suite ... », la caféine, les amphétamines et les autres drogues synthétiques qui les imitent, les endorphines produisent une accoutumanceDépendance : demander de l’aide, c’est vital. Lire la suite ... ». C’est ainsi qu’il est possible de devenir « accroDépendance : demander de l’aide, c’est vital. Lire la suite ... » » au stress qui produit leur sécrétion naturelle et rechercher leur effet par l’excès de sport, l’excès de travail, l’excès de sucre, la sous-alimentation, la conduite dangereuse…

Culte de l’efficacité, esprit de compétition, recherche du plaisir immédiat, mythe de l’éternelle jeunesse, refus de l’inconfort… La société moderne valorise avant tout la réussite matérielle. Elle crée des besoins artificiels et génère l’insécurité et les peurs qui nourrissent les dépendances. Certains individus plus fragiles perdent l’aptitude à faire face et sont poussés à fuir dans l’un ou l’autre paradis artificiel.

Les scientifiques ont pu démonter que les personnes les plus vulnérables au stress et aux agressions psychologiques ont une prédisposition à la dépendance. Crampes, migraines, vertiges, insomnies, crises d’anxiété et de tristesse, paniques, phobies, troubles digestifs, désordres gynécologiques, difficultés à respirer : les personnes dépendantes sont affectés parfois depuis leur petite enfance par un ou plusieurs de ces symptômes et maladies du stress. Toutes les situations de stress créent chez elles d’insoutenables tensions internes : un accident, une séparation, un déménagement, un examen, un changement de travail, un deuil… 

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Laisser un commentaire