Dépendance : quand nos émotions nous tiennent…

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Les émotions sont l’ennemi numéro un de la personne dépendante : les drogues de toutes sortes et les comportements compulsifs l’aident à fuir ses émotions et la réalité qui l’entoure.

On peut être accro aux médicaments, à l'alcool et au tabac, mais aussi à la nourriture, au sport, au shopping, au sexe...

On peut être accroÊtes-vous dépendant à la nourriture?. Lire la suite ... » aux médicaments, à l’alcoolConsommation d'alcool et kilos en trop. Lire la suite ... », au tabac, mais aussi à la nourriture, au sport, au shopping, au jeu, au sexe…

Les neurobiologistes décrivent les émotions comme des interprétations par le cerveau de nos réactions instinctives au monde qui nous entoure (attaque, fuite ou soumission), la colère nous aidant à défendre notre intérêt et notre dignité ; la peur nous encourageant à discerner les dangers ; la tristesse nous poussant à nous séparer du passé ; la culpabilité construisant notre conscience ; la joie nous indiquant que tout va bien ; et la honte, nous apprenant que nous ne sommes pas tout-puissants. Sans toutes ces émotions complexes, nous serions incapables de communiquer.

AlcoolismeAttention aux carences en magnésium !. Lire la suite ... », tabagismeAttention aux carences en magnésium !. Lire la suite ... », toxicomanieDépendance : demander de l’aide, c’est vital. Lire la suite ... », anorexieLa dysmorphie musculaire ou le complexe d’Adonis. Lire la suite ... », boulimieTraiter la dépression saisonnière et la prise de poids qui lui est souvent associée par la luminothérapie. Lire la suite ... », automédication compulsiveDépendance : demander de l’aide, c’est vital. Lire la suite ... », addictionChirurgie de l'amaigrissement: les mangeurs compulsifs en danger de basculer vers d'autres dépendances . Lire la suite ... » au chocolat, au jeu, au sport, au travail… Les dépendances seraient toutes associées à une hypersensibilité, à une fragilité émotionnelle. Pour la personne dépendante, il est difficile voire impossible de faire face à ses émotions. Elle cherche à les fuir ou à les occulter par l’usage d’une drogueLes médicaments et traitements qui font maigrir. Lire la suite ... ».

Souvent les addictions expriment des hontes inconscientes, une expérience ancienne douloureuse et niée : le comportement autodestructeurAttention aux carences en magnésium !. Lire la suite ... » traduit une pulsion à se faire du mal, à se punir.

La colère révèle une incapacité à assumer ses désirs et ses besoins d’adulte. Le dépendantDépendance : demander de l’aide, c’est vital. Lire la suite ... » peut apparaître très contrôlé, patient, puis soudain agacé, irritable… Parfois la colère est le résultat d’une expérience vécue comme une violence ou une souillure (viol, inceste…) non exprimée et enfouie au plus profond de soi.

La personne dépendante souffre d’un sentiment d’insécurité permanent et ses choix sont pour la plupart motivés par la crainte : peur du manque, peur de la solitude, peur de la relation à autrui, peur de ne pas être à la hauteur, peur du vide, peur de la souffrance, peur du changement, peur d’être abandonné… Par son comportement, elle exprime de vieilles insécurités d’enfant.

Une émotion n’est en elle-même ni positive ni négative : elle est impossible à contrôler. Mais la nier ou la combattre lui donne davantage de force et de pouvoir. Reconnaître et accepter ses émotions, cela aide à renforcer la confiance en soiQuelques trucs pour retrouver confiance en soi. Lire la suite ... ». Pour ne plus en souffrir, il faut arriver à lâcher prise, à se détacher de ses émotions. C’est l’objectif d’une psychothérapieLa psychothérapie systémique. Lire la suite ... » ou de certaines techniques de méditationRetrouver santé, forme et vitalité grâce à la médecine ayurvédique. Lire la suite ... », par exemple.

 

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Laisser un commentaire