Le chocolat diététique aux micro bulles de jus de fruits

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Des scientifiques américains ont mis au point une nouvelle recette de chocolat permettant de réduire sa teneur en graisses tout en préservant son fondant caractéristique. Mais qu’en est-il du goût ?

Le beurre de cacao est extrait des fèves de cacao pour obtenir la poudre de cacao. Selon la recette, le chocolat renferme plus ou moins de cette matière grasse végétale.

Le cacao du chocolat possède d’intéressantes propriétés antioxydantes, diurétiques, antidépressives et stimulantes dont il serait dommage de se priver. Mais difficile d’en consommer en quantité sans faire exploser sa balance. Des biochimistes américains ont découvert un nouveau processus de fabrication qui permettra peut-être d’en consommer « à volonté » sans prendre le moindre gramme. Ils ont obtenu du chocolat allégé par infusion de « micro bulles » de jus de fruits. Le présence de ces bulles minuscules dans le chocolat permettrait de réduire sa teneur en graisses jusqu’à 50%.

La texture riche et veloutée du chocolat de qualité est fournie par le beurre de cacao (dans certains produits bon marché, le beurre de cacao est remplacé par d’autres graisses végétales). C’est grâce à cette matière grasse hypercalorique que le chocolat fond lentement en bouche pour notre plus grand plaisir. Selon les chercheurs, la présence de micro bulles permet de préserver cette caractéristique physique incontournable du chocolat tout en assurant sa fermeté et son « croquant ». L’infusion de jus de fruits permettrait aussi d’éviter l’apparition de poudre blanche à la surface des tablettes de chocolat lorsqu’elles sont conservées un certain temps. La même expérience a été réussie avec des micro bulles d’eau enrichie de vitamine C et de cola light.

Le beurre de cacao est une matière grasse composée à 61 % d’acides gras saturés, les « mauvaises graisses » dont la surconsommation peut provoquer une prise de poids et surtout, augmenter le taux de « mauvais cholestérol » et le risque de maladies cardiovasculaires. Le nouveau processus de fabrication permettrait non seulement de produire du chocolat moins calorique, mais aussi plus « sain ».  Ses inventeurs espèrent qu’il sera adopté rapidement par les fabricants de tablettes, barres et autres fantaisies au chocolat. Ils notent aussi que l’infusion de micro bulles de jus de fruits convient à tous les types de chocolat, au lait, noir ou blanc.

Des expériences concluantes ont été réalisées avec du jus de pomme, du jus d’orange et du jus de canneberge entre autres. Évidemment, d’un point de vue gustatif, le produit final obtenu n’a plus grand-chose en commun avec le chocolat traditionnel. Pas sûr que les papilles habituées au chocolat suisse et autres pralines belges à base de beurre de cacao apprécient ces nouvelles saveurs fruitées « made in USA »  …

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Les cuisses de grenouilles, aphrodisiaques ?

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Au 19è siècle, des militaires français postés en Afrique du Nord furent confrontés à un mal étrange après avoir consommé des cuisses de grenouilles : le priapisme ou érection permanente…

Les grenouilles auraient-elles des pouvoirs aphrodisiaques?photo: Mark Surman

Les grenouilles auraient-elles des pouvoirs aphrodisiaques? (photo: Mark Surman)

En 1861, un médecin fut impressionné par les « érections douloureuses et prolongées » de certains légionnaires hospitalisés. Lorsqu’il leur demanda ce qu’ils avaient mangé de particulier, ils répondirent tous: des cuisses de grenouille. Leur repas avait-il été empoisonné ?

Les militaires avaient consommé des cuisses de grenouilles pêchées dans les marais non loin de leur camp. Le médecin en obtint plusieurs spécimens qu’il disséqua. Il observa que les estomacs des batraciens contenaient des restes de scarabées. Rien de très étonnant car les grenouilles se nourrissent d’insectes. Le mystère resta entier…

En 1893, un autre médecin militaire posté en Afrique du Nord fut confronté au même problème: des érections d’acier chez des militaires ayant mangé des cuisses de grenouilles d’une variété locale se nourrissant des mêmes scarabées.

Ce n’est que plus récemment que les scientifiques purent percer l’étrange mystère des grenouilles aphrodisiaques : les fameux scarabées dont se nourrissent les grenouilles nord-africaines contiennent de la cantharidine, une substance hautement irritante pour le système urinaire ayant pour effet de renforcer l’érection chez l’homme (et le gonflement du clitoris, chez la femme).

Le Marquis de Sade, comme d’autres grands séducteurs avant lui, aurait utilisé de la cantharidine pour stimuler sa virilité et pour gagner le consentement de ses conquêtes. Sans doute parvenait-il à en maîtriser le dosage pour que ses effets ne soient pas douloureux (à moins que la cantharidine n’ait fait partie de l’arsenal sadomasochiste du marquis…).

Aujourd’hui, la cantharidine fait l’objet de nombreuses études scientifiques et elle est utilisée en médecine pour traiter des affections qui n’ont aucun rapport avec le sexe. Des boutiques en ligne proposent des compléments alimentaires à la cantharidine au rayon « aphrodisiaques naturels ». Ces potions et autres gélules magiques, qui n’ont d’ailleurs aucun effet aphrodisiaque prouvé, n’en contiennent souvent qu’une dose microscopique. Heureusement, car la cantharidine en surdose est hautement toxique ! Vous voilà prévenu(e)!

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Le rituel des écrevisses en Finlande

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Chaque année, le 21 juillet, les finlandais fêtent la nuit des écrevisses. Préparés dans de grandes marmites de court-bouillon aromatisé aux fleurs d’aneth fraîches, ces petits monstres des lacs sont dégustés selon un rituel qui remonte à la nuit des temps…

La table est placée à l’extérieur si l’été, souvent imprévisible en Finlande, le permet. Chaque convive est équipé d’une grande serviette qui sera nouée autour du cou, et d’un couteau à écrevisses. Il faut compter une dizaine d’écrevisses par personne en entrée ou une vingtaine en plat de résistance. Les queues sont dégustées avec du pain grillé et de l’aneth haché, sans oublier l’incontournable schnaps (déconseillé en cas de régime amaigrissant…).

Le rituel des écrevisses en FinlandeLe spectacle peut paraître étrange au voyageur qui participe à ce rituel pour la première fois. L’usage veut que chaque convive garnisse une tartine beurrée (mais pas trop) d’aneth et d’écrevisses qu’il décortique une à une, patiemment. Pendant ce temps, les verres givrés sont remplis d’eau-de-vie finlandaise. Vient alors le moment de trinquer tous ensemble en lançant « kippis ! », puis de déguster sa tartine garnie… Ainsi, même dans les restaurants, ce rituel s’accomplit en vagues successives de plus en plus bruyantes, le simple « kippis » étant remplacé par des chants de plus en plus vigoureux à mesure que le schnaps descend… Le schnaps peut être remplacé par de l’eau, de la bière ou du vin blanc, naturellement !

Si les écrevisses constituent l’entrée, le plat de résistance qui suit sera généralement constitué de poissons fumés ou des premières chanterelles de la saison, qui sont simplement poêlées… Un délice! Pour conclure, après cette abondance de protéines maigres, le dessert sera composé de fruits rouges, bourrés de vitamines et pauvres en calories : cassis, framboises et fraises fraîchement cueillis. Les carapaces des écrevisses serviront le lendemain pour faire du court-bouillon ou un fond de sauce…  

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss