Comment se passe une gastroplastie ?

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

 

Un anneau gastriqueChirurgie de l'amaigrissement: les mangeurs compulsifs en danger de basculer vers d'autres dépendances . Lire la suite ... » est placé grâce à une technique chirurgicale mini invasive, la cœlioscopie, et sous anesthésie générale. Avant de passer en salle d’opération, le patient doit consulter un diététicien et un psychothérapeute.

L’anneau gastrique impose une contrainte alimentaire considérable et incontournable. Un professionnel de la diététique doit expliquer au patient comment prendre ses repas pour éviter les complications « mécaniques » (comme le blocage d’aliments au niveau du resserrement gastrique), changer ses habitudes alimentaires pour éviter les carences nutritionnelles et retrouver le plaisir de manger malgré les contraintes.

Une consultation chez un psychothérapeute s’impose également car l’obésité découle souvent de perturbations psychoaffectives plus ou moins conscientes. Exprimer ses peurs et ses frustrations par la parole aide à les apaiser et à mieux comprendre ce qui se passe en soi. Cette démarche est importante car elle permettra de mieux accepter ensuite les contraintes qu’imposera l’anneau gastrique. Rencontrer des personnes qui ont déjà subi une gastroplastieQu’est-ce la chirurgie bariatrique et à qui s’adresse-t-elle ? . Lire la suite ... » peut d’ailleurs aussi être très utile pour comprendre concrètement comment cela se passe « pendant » et « après » cette intervention chirurgicale.  

Lorsque la décision d’opérer est finalement prise, le patient doit encore consulter l’anesthésiste qui vérifiera le bilan sanguin notamment (lipides, glycémie, créatine, bilan thyroïdien…). Dans certains cas, un bilan cardiologique ou pneumologique sera aussi nécessaire. Enfin le patient devra subir une fibroscopie gastrique qui permettra de mettre en évidence d’éventuels problèmes à l'intérieur de l'œsophage et de l'estomac.

La pose de l’anneau gastrique se déroule sous anesthésie générale par cœlioscopie (laparoscopieQu’est-ce la chirurgie bariatrique et à qui s’adresse-t-elle ? . Lire la suite ... »), une technique qui consiste à gonfler l’abdomen avec du gaz carbonique pour ensuite y introduire via une toute petite incision une sonde optique et les divers instruments chirurgicaux nécessaires. L’image obtenue par la sonde optique est transmise vers un écran permettant au chirurgien de visualiser l’estomac et ses alentours en temps réel pendant toute la durée de l’intervention. L’anneau gastrique et les instruments très fins qui servent à le placer, sont également introduits par des incisions de quelques millimètres.

Peu importantes, les douleurs postopératoires disparaissent graduellement au bout d’une semaine, date à laquelle les fils sont retirés. Le patient doit cependant arrêter de travailler pendant deux à quatre semaines. Pendant les deux semaines qui suivent le placement de l’anneau gastrique, une alimentation molle et mixée est recommandée. La nourriture solide est réintroduite petit à petit pour éviter de déplacer l’anneau qui ne sera bien ancré qu’après une cicatrisation totale. 

Au bout d’un mois, le chirurgien serre l’anneau gastrique en le « gonflant » avec un liquide spécifique. Ce réglage n’est pas douloureux et se fait par simple piqûre : une aiguille fine est introduite à travers la peau dans la membrane du boîtier d’injection de l’anneau. Pendant les mois suivants, le patient doit retourner régulièrement chez le chirurgien pour des vérifications et d’éventuels ajustements de l’anneau gastrique.

Comme pour toute forme de chirurgie, le risque de complications n’est pas nul. Le problème le plus fréquent est la dilatation chronique de l’estomac pouvant résulter d’un comportement alimentaireDépendances: sommes-nous tous accros? . Lire la suite ... » inadapté ou d’un serrage excessif de l’anneau gastrique. Une autre complication plus rare est l’ulcération muqueuse au contact de l’anneau gastrique, qui provoque progressivement sa migration. Des complications peuvent également survenir au niveau de la chambre d’injection, mais celles-ci sont moins graves. 

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Laisser un commentaire