Comment mesurer sa tension artérielle ?

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

La tension artérielle se mesure à l'aide d'un tensiomètre manuel ou électronique. Une manchette gonflable reliée à un manomètre à mercure est placée autour du bras juste au-dessus du coude.

La manchette est gonflée jusqu'à créer une pression telle que le flux sanguin est complètement interrompu et ensuite dégonflée doucement jusqu'à la reprise de la circulation sanguinePowerplate : la forme en trente minutes à moindre effort . Lire la suite ... ». Le moment précis où le sang peut à nouveau circuler est saisi soit à l'aide d'un stéthoscope posé dans le creux du coude, soit à l'aide d'un mécanisme électronique. Le chiffre indiqué par le manomètre à cet instant précis correspond au maximum ou « pression systolique ». Lorsqu'il n'y a plus le moindre obstacle à la circulation sanguine, le chiffre indiqué par le manomètre correspond au minimum ou « pression diastolique ». Ce moment se repère au bruit dans l’artère. En effet, un obstacle partiel à la circulation sanguine provoque des turbulences qui se traduisent par un bruit audible au stéthoscope (une sorte de « toc-toc-toc »).

Les tensiomètres plus sophistiqués incorporent un stéthoscope au brassard, ce qui facilite la manœuvre. Les systèmes électroniques sont nettement plus faciles à utiliser: l'appareil fait seul la mesure et affiche (et imprime) les chiffres requis. Le brassard se gonfle manuellement (comme pour les systèmes mécaniques) ou en poussant sur un petit bouton. Les tensiomètres électroniques sont nettement plus chers et plus délicats : ils se dérèglent facilement et nécessitent un réétalonnage très régulier.

La tension artérielle doit être prise au repos, dans un endroit calme. On recommande même de rester assisNous ne sommes pas faits pour rester assis. Lire la suite ... » 5 à 10 minutes avant de procéder à la mesure. Le brassard doit être bien adapté à la taille du bras (35 x 12 cm pour l’adulte moyen), plus grand pour un obèse, plus petit pour un enfant.

Prendre sa tension artérielle soi-même, dans son environnement familier, hors de tout contexte médical, présente l’avantage d'éliminer l'effet "blouse blanche". L'énervement éventuel lié à la visite chez le médecin fait très souvent monter la tension systolique.

En outre, des mesures régulières et répétées prises à domicile donnent au médecin de meilleures indications qu'une mesure isolée, même faite par lui. Encore faut-il que l'appareil de mesure soit fiable et utilisé correctement !

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Laisser un commentaire