La plastie abdominale circulaire

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Lors de cette opération de chirurgie réparatrice exceptionnelle, la plastie abdominale est complétée par un remodelage sur la face postérieure. L’objectif est de retirer la bouée de peau et de graisse qui entoure le ventre et le bas du dos. Il s’agit d’une intervention complexe qui requiert que l’on changer le patient de position sur la table d’opération.

Une première incision horizontale est réalisée au niveau du pubis sur toute la largeur de l’abdomen et une seconde, au-dessus du nombril. Les masses cutanées et graisseuses excédentaires sont retirées. La peau est découpée de façon circulaire autour du nombril qui sera « transposé ». Ensuite, la peau au-dessus du nombril est décollée et tirée vers le bas jusqu’au niveau du pubis pour qu’elle rejoigne la ligne d’incision inférieure. Le chirurgien sera attentif à ce qu’elle ne soit pas trop tendue et y fera une découpe circulaire pour passer le nombril. Le patient est ensuite retourné sur la table d’opération. L’incision antérieure est complétée par une incision postérieure en V inversé. La peau et la graisse excédentaires situées dans les zones lombaires et du dos sont retirées. Il n’y a pas de décollement de la peau dorsale.

L’opération dure environ trois heures et requiert une anesthésie générale. Une hospitalisation d’un à trois jours est nécessaire suivant la lourdeur du geste et l’importance du drainage postopératoire. Un arrêt de travail complet de deux à quatre semaines est requis après l’intervention. La discrétion des cicatrices est déterminée dans une grande mesure par le soin apporté au geste chirurgical et à la réalisation des points de suture. Après l’opération, le patient gardera un pansement spécial pendant une quinzaine de jours et parfois si nécessaire, une gaine pour quelques semaines. Les œdèmes disparaissent après quelques mois.

Les résultats définitifs de la plastie abdominale circulaire sont visibles après quelques mois mais il faut compter plusieurs années parfois pour que les cicatrices qui se situent au niveau du bas du dos, du pubis et du nombril, ne se remarquent plus. Celles-ci sont cependant faciles à dissimuler car elles sont le plus souvent situées en-dessous du maillot de bain. En principe, une fois stabilisé, le résultat est définitif mais il peut encore être altéré par une grande variation de poids corporel. Cette intervention chirurgicale exceptionnelle est lourde et peut présenter certaines complications comme le décollement cutané qui peut provoquer des hématomes nécessitant des ponctions ou un drainage supplémentaire et dans certains cas, des nécroses cutanées.

Une plastie abdominale circulaire peut être requise suite à un amaigrissement important, notamment à la suite d’une chirurgie bariatrique dont l’objectif est la réduction du volume de l’estomac par le placement d’un anneau ou d’une agrafe gastrique. Cette forme de gastroplastie utilisée pour traiter l’obésité peut engendrer un amaigrissement important et laisser une bouée de peau et de graisse flasque autour du bas ventre et du bas du dos. Rappelons que la chirurgie esthétique n’est pas une chirurgie de l’amaigrissement. En cas de surcharge pondérale importante, il faut entreprendre un régime amaigrissant avant de passer sur la table d’opération (50 à 75% du surpoids doit être éliminé avant l’intervention).

Source : Le Guide Hachette de la Chirurgie Esthétique, Docteur Xavier Latouche et Chantal Higy-Lang

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Le mini lifting du ventre

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Cette intervention de chirurgie esthétique relativement banale est également appelée minilift abdominal ou dermolipectomie abdominale sans reposition ombilicale. Elle a pour but de retirer la graisse et la peau superflues entre le pubis et le nombril et remodeler le bas du ventre.

Plus légère que la plastie abdominale avec transposition ombilicale, le mini lifting est utilisé pour réparer une paroi abdominale modérément déformée après une grossesse, une liposuccion ou une chirurgie bariatrique (réduction du volume de l’estomac par le placement d’une agrafe ou d’un anneau gastrique).

Une incision horizontale est réalisée au niveau du pubis sur toute la largeur de l’abdomen. La peau et la graisse excédentaires du bas-ventre sont retirées. La peau restante est ensuite décollée jusqu’au nombril et tirée vers le bas jusqu’au pubis pour rejoindre la ligne d’incision inférieure. Le chirurgien sera attentif à ce que la peau ne soit pas trop tendue. Si la situation anatomique l’exige, le mini lifting abdominal peut être assorti d’une liposuccion ou d’une réparation musculaire. En dehors de ces deux cas de figure et s’il n’y a aucune complication, la cicatrisation, la convalescence et le temps de remise en forme sont plus courts que pour les plasties abdominales avec transposition de l’ombilic. Le temps opératoire varie entre une heure et une heure trente.

Sur le plan esthétique, l’apparence et la discrétion des cicatrices dépend largement du soin apporté au geste chirurgical et à la réalisation des points de suture. Les douleurs postopératoires sont tout à fait modérées (elles seront plus importantes en cas d’intervention complémentaire). Après l’intervention, le patient gardera un pansement spécial pendant quelques jours. Il conservera une seule cicatrice abdominale basse à peine plus longue qu’une cicatrice de césarienne. Il n’y a aucune cicatrice autour du nombril. Les résultats d’un mini lifting abdominal varient en fonction de l’état du patient, de l’élasticité de sa peau, de son âge et ne seront définitifs qu’au bout de quelques mois. Comme pour les autres abdominoplasties, les résultats postopératoires peuvent être altérés par une grande variation de poids corporel. Il est donc fortement conseillé de prendre soin de sa silhouette par une bonne hygiène alimentaire et un exercice physique régulier.

Attention, la chirurgie esthétique n’est pas une chirurgie de l’amaigrissement ! En cas de surpoids important, il faut maigrir avant de passer sur la table d’opération (50 à 75% de la surcharge pondérale doit être éliminée avant l’intervention).

Source : Le Guide Hachette de la Chirurgie Esthétique, Docteur Xavier Latouche et Chantal Higy-Lang

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Comment se passe une opération de réduction mammaire?

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

La mastoplastie mammaire de réduction peut être pratiquée à tout âge pourvu que la patiente ne soit pas enceinte et que sa croissance soit achevée. Outre l’aspect esthétique du résultat, les techniques chirurgicales modernes permettent de maintenir la capacité à allaiter et la sensibilité de la peau, du mamelon et de l’auréole.

Cette opération est pratiquée en cas d’hypertrophie mammaire. Pendant la consultation préopératoire, le chirurgien évaluera les risques, le résultat et surtout l’aspect de la cicatrice postopératoire, qui sera inévitablement visible, au moins partiellement. Certains chirurgiens utilisent un programme de simulation par ordinateur qui permet de donner à la patiente une idée du résultat à attendre.  Mais ceux-ci ne seraient pas tout à fait fiables. L’apparence finale des seins dépendra surtout de la technique et du talent du chirurgien, de l’âge de la patiente, de l’élasticité de sa peau, du respect ou non des instructions à suivre pendant la période de convalescence,…

L’opération est précédée d’une série de tests dont une mammographie, une échographie et un test de grossesse (il ne faut pas être enceinte). Dans la plupart des cas, elle se déroule sous anesthésie générale et dure entre deux et quatre heures. La patiente est parfois opérée en position assise de manière à visualiser au mieux la position normale du sein. Le chirurgien veillera à respecter la capacité à allaiter et la fonction érotique du sein (sensibilité de la peau, de l’auréole et du mamelon), mais lorsque le volume de graisse, de peau et de glande mammaire à retirer dépasse un kilo et demi, il est parfois nécessaire de greffer l’auréole : dans ce cas, la capacité d’allaiter et la sensibilité de la surface de l’auréole seront perdues.

Les sutures sont réalisées avec des fils résorbables et les seins sont maintenus soit par un pansement modelant, soit par un soutien-gorge spécial. Un drain est placé pendant deux jours. Au total, une hospitalisation d’un ou de deux jours est requise.

Après l’opération, les douleurs sont modérées, ne durent que quelques jours et se produisent surtout à l’occasion de certains mouvements des bras. Une période de convalescence d’une à deux semaines sera nécessaire avant de reprendre le travail. La cicatrisation requiert une dizaine de jours et le port d’un soutien-gorge spécial est recommandé pendant deux mois. Le résultat final du remodelage du buste est obtenu en six mois et il est durable dans le temps (30 ans et plus). Les grossesses et l’allaitement ne l’altèrent pas mais il est généralement conseillé d’attendre un an avant d’avoir un enfant au risque de voir brunir ou s’élargir les cicatrices et se relâcher les tissus. Une exposition au soleil pendant la cicatrisation est déconseillée.

Enfin, il est également recommandé aux femmes qui ont subi une mastoplastie mammaire de réduction de porter un soutien-gorge pendant la journée et de surveiller leur poids.

Source : Le Guide Hachette de la Chirurgie Esthétique, Docteur Xavier Latouche et Chantal Higy-Lang

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss