Ces étranges défauts physiques imaginaires

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Dans son livre « Les défauts physiques imaginaires » (Odile Jacob), le psychiatre et psychothérapeute français Jean Tignol explique un étrange trouble obsessionnel dont souffriraient un certain nombre de personnes qui consultent en chirurgie plastiqueLa plastie abdominale avec réparation des muscles abdominaux . Lire la suite ... » et en dermatologie. Dans certains cas, un défaut imaginaireDysmorphophobie et suicide. Lire la suite ... » est attribué à un proche…  

Les personnes souffrant de dysmorphophobie imaginent avoir un défaut physique énorme ou exagèrent un défaut physique réellement minime (photo: dualdflipflop)

Les personnes souffrant de dysmorphophobieDépendance : quand nos émotions nous tiennent…. Lire la suite ... » imaginent avoir un défaut physique énorme ou exagèrent un défaut physique réellement minime (photo: dualdflipflop)

La dysmorphophobie ou « Trouble de DysmorphieDysmorphophobie et suicide. Lire la suite ... » Corporelle » de l’anglais « Body Dismorphic Disorder » (BDD) est un mal en progression dans un monde où règne l’obsessionDépendance : quand nos émotions nous tiennent…. Lire la suite ... » de l’éternelle jeunesse et de la perfection physique. Les personnes qui en souffrent sont convaincues d’avoir une ou plusieurs imperfections physiques qui en réalité n’existent pas ou sont minimes. Elles sont tellement préoccupées par ce défaut de leur apparence que celui-ci devient le centre de leur existence. Elles s’emploient corps et âme à l’éradication du prétendu défaut par des traitements voire de la chirurgie, qui sont évidemment sans effet puisque le problème est imaginaire. DépressionComment sortir d’un état dépressif ?. Lire la suite ... », phobie sociale, alcool, drogueDépendance : quand nos émotions nous tiennent…. Lire la suite ... », apathie, boulimieDépendance : quand nos émotions nous tiennent…. Lire la suite ... », tentatives de suicide, hospitalisations psychiatriques… les conséquences de cette maladie sont nombreuses et peuvent s’avérer sérieuses.

D’après le Dr Jean Tignol, plus de 13% des personnes qui consultent en dermatologie et de 6 à 15% de celles qui consultent en chirurgie esthétiqueLa liposuccion du ventre provoquerait une «délocalisation» néfaste des graisses. Lire la suite ... » sont atteintes de dysmorphophobie. Cette maladie touche autant les hommes que les femmes mais les parties du corps qui les préoccupent diffèrent. Ainsi les hommes sont plus soucieux de leurs cheveux, de leur petite taille ou de leurs organes sexuels, tandis que les femmes ont des inquiétudes concernant leur poids, leur poitrine et leurs jambes. Il arrive parfois que le patient localise le défaut imaginaire chez une autre personne que lui-même. L’un des patients du Dr Tignol, un homme d’âge mûr, avait commencé à s’inquiéter de la silhouette de sa femme après la naissance de leur enfant (né dix ans plus tôt). Son apparence esthétique, particulièrement sa silhouette, l’obnubilait au point de surveiller l’alimentation de sa femme et de l’inciter à subir des interventions de chirurgie esthétique au niveau de la poitrine et de l’abdomen. Cet homme souffrait de dysmorphophobie « par procuration »… Il existe actuellement des traitements médicamenteux efficaces. Les thérapies cognitives et comportementales peuvent également produire de bons résultats.

A lire aussi:

L’anorexie ou le complexe de Barbie
L’anorexie inversée ou le complexe d’Adonis

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Laisser un commentaire