Biorythmes et chronothérapie

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

La chronopharmacologie montre que l’action d’un médicament et sa disponibilité dans le sang et les humeurs varient selon les horaires auxquels il est administré. Les pics et les creux d’efficacité et de tolérance diffèrent d’une molécule à l’autre. En chronothérapie, ces connaissances sont mises à profit pour optimiser certains traitements tout en réduisant leurs effets secondaires.

Un traitement médical peut être plus ou moins efficace ou bien toléré par le patient selon l'heure à laquelle il est administré.

Un traitement médical peut être plus ou moins efficace ou toléré par le patient selon l’heure à laquelle il est administré.

L’étude des rythmes et horloges biologiques a permis de démontrer que notre résistance aux agressions physiques (bruit, froid, chaleur, radiations ionistantes…) et chimiques (agents toxiques, poisons d’origine animale ou végétale…), varie selon un rythme circadienPourquoi nous ne parvenons pas à « dîner léger ». Lire la suite ... » ou saisonnier. Dans les moments de moindre résistance où nous sommes plus fragiles, nous sommes plus exposés à certains accidents et problèmes de santé. Ainsi, les scientifiques ont pu observer que le plus grand nombre d’infarctus du myocarde se produisait vers 10 heures du matin et vers la fin de l’hiver. Les attaques d’asthme sont nocturnes dans sept cas sur dix. Boire de l’alcoolConsommation d'alcool et kilos en trop. Lire la suite ... » le soir induit une plus forte ébriété et une chute plus importante des performances (vigilance, concentration…) que d’en consommer le matin.

La chronothérapeutique met à profit ces connaissances pour déterminer les horaires de traitement les plus favorables. En effet, notre résistance aux médicaments varie elle aussi en fonction du moment de la journée. Un choix judicieux de l’heure d’administration permet donc d’optimiser leurs effets désirés, de réduire ceux qui ne le sont pas et de diminuer les doses.

C’est en cancérologie que la compréhension de l’impact des biorythmesPourquoi nous ne parvenons pas à « dîner léger ». Lire la suite ... » sur l’efficacité des traitements médicamenteux a eu les retombées les plus spectaculaires. Les traitements classiques comme la chimiothérapie sont très agressifs et généralement mal tolérés. Certains horaires permettent d’en réduire les effets secondaires tout en augmentant leur efficacité.

Des technologies médicales innovantes comme les pompes programmables pilotées par microprocesseurs permettent de moduler le débit de substances actives au cours de la journée. Les dosages sont augmentés ou réduits automatiquement selon un horaire précis pour une efficacité et une tolérance optimales.

L’aspirineQu'est-ce un infarctus ?. Lire la suite ... », on le sait, a des effets anticoagulants utiles pour la prévention des maladies cardiovasculaires. Les recherches ont montré que pour être pleinement efficace, sa prise doit avoir lieu le soir plutôt que le matin où elle est très mal tolérée par l’estomac.
Une dose unique d’antibiotiques le matin est plus efficace que plusieurs doses plus petites réparties sur la journée.
Même si les crises d’asthme surviennent principalement en fin de soirée ou la nuit, les bronchodilatateurs doivent être administrés en début d’après-midi pour être efficaces.
En revanche, les antihistaminiques sont mieux tolérés et plus efficaces le soir, même si les crises de rhinite allergique frappent plutôt en matinée.

La chronothérapie permet également d’optimiser les effets des anesthétiques locaux, des antidouleurs et des hormones et leurs dérivés. Cependant, malgré qu’elle constitue un progrès notable dans les moyens de traitement, peu de professionnels de la santé la maîtrisent actuellement.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Laisser un commentaire