Peter D’Adamo met en garde contre les effets pervers du stress dans son livre « 4 groupes sanguins, 4 régimes »

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Au-delà d’un certain seuil de stress, notre organisme devient incapable d’assimiler correctement les nutriments essentiels à son bon fonctionnement. Cela peut se traduire par divers problèmes de santé plus ou moins graves, y compris la prise de poids.

stress et surpoidsUne alimentation saine et variée doit en principe fournir toutes les protéines, vitamines et autres sels minéraux dont a besoin notre organisme pour fonctionner correctement. Notre santé et notre bien-être en dépendent dans une large mesure. Mais notre organisme utilise-t-il tous ces nutriments à bon ou à mauvais escient ? D’après le médecin naturopathe américain, Peter D’Adamo, cela dépendrait des tensions et du stress auquel nous sommes soumis et de la façon dont nous les gérons. « La façon dont notre corps réagit au stress et nos mécanismes de défense se sont développés et affinés au fil des millénaires écoulés depuis l’apparition de l’espèce humaine, mais ils demeurent gérés par cette alternative simple : faire face à ce qui nous effraie ou le fuir – mentalement ou physiquement », explique-t-il dans son bestseller « 4 groupes sanguins, 4 régimes – La solution personnalisée pour être en bonne santé, vivre plus longtemps et atteindre votre poids idéal » (titre original : Eat Right for Your Type).

Alors que le stress découlant du rythme et des contraintes de la vie moderne ne sont certes pas comparables à ce que vivaient les premiers hommes (vous ne risquez pas de vous retrouver un jour nez à nez avec un mammouth prêt à vous piétiner), nous aurions tort de sous-estimer son impact. Nos lointains ancêtres devaient gérer des situations de stress extrêmes mais intermittentes, telles faire face à un cataclysme, à un prédateur ou à une famine. En revanche, la société complexe dans laquelle nous vivons est une source permanente de stress et de pressions diverses aux effets souvent insidieux. L’exigence de performance, le manque de temps, la surcharge d’information, le besoin de rester jeune et dans le coup, l’anxiété…tout cela créé chez nos contemporains un état de tension chronique, bien plus néfaste, selon le Dr. D’Adamo, d’autant que nous sommes conditionnés socialement et culturellement pour brider les instincts naturels qui permettraient de l’évacuer.

Quel est l’effet biologique du stress ? L’hypophyse (glande pituitaire) et les glandes surrénales se mettent à sécréter des hormones excitantes qui se mêlent au sang, le pouls s’accélère, le volume d’oxygène inspiré augmente pour mieux irriguer les muscles, le taux du sucre sanguin grimpe en flèche et le corps se met à transpirer. Toutes ces réactions nous préparent à combattre ou à fuir… Toutes nos forces sont mobilisées. Notre sang charrie un excès d’hormones liées au stress. Au-delà d’un certain seuil, si cet état perdure sans exutoire adéquat, notre organisme devient incapable d’assimiler convenablement les nutriments essentiels et se charge en résidus toxiques. S’en suivent ulcères, hypertension artérielle, migraine, asthme, affections cutanées, insomnie, mais aussi dysfonctionnements du système immunitaire, troubles du comportement alimentaire (anorexie, boulimie, anorexie inversée), maladies inflammatoires comme l’arthrite, surpoids et obésité… Aujourd’hui les experts s’accordent à dire que les déséquilibres liés au stress sont à l’origine d’une multitude de maladies plus ou moins graves.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Les meilleurs sports d’endurance selon l’inventeur de l’aérobic, Kenneth Cooper

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Parmi la quarantaine de sports « en aérobie » documentés par ce physiologiste américain et auteur du bestseller Aerobics, les meilleurs seraient le ski de fond, la natation, le jogging, le vélo et la marche…

« Aérobie » signifie « qui a besoin d’air (ou d’oxygène) pour se développer » ; l'effort physique en « aérobie », aussi appelé effort cardiovasculaire ou d’endurance, permet de booster la consommation d'oxygène par l’organisme. Il est caractérisé par une intensité modérée, soutenue sur une période de temps relativement longue et il fait travailler principalement les muscles longs. Une séance de gymnastique « en aérobie » typique comportera une période d’échauffement, un effort physique d’au moins 20 minutes et une phase de relâchement et d’étirement.

Ce sont la physiothérapeute Pauline Potts et le physiologiste Kenneth Cooper, tous deux membres des Forces aériennes américaines, qui ont inventé dans les années soixante, les termes « exercice en aérobie » et « aérobic ». Le Dr Cooper s’était demandé pourquoi certaines personnes pourtant très fortes physiquement étaient peu douées pour les sports d’endurance comme la course à pied, la natation ou le cyclisme. Ses recherches l’amenèrent à découvrir que notre performance dans ce type d’activité physique dépend de notre capacité à utiliser l'oxygène ou « capacité en aérobie ». En 1968 il publia Aerobics, qui devint un bestseller vendu à plus de 30 millions d’exemplaires et traduit dans une quarantaine de langues. Cet ouvrage de référence allait inspirer beaucoup de monde, y compris l’actrice américaine Jane Fonda, figure de proue de la mode de l’aérobic en salle. Kenneth Cooper définit l’aérobic comme une « méthode » sportive produisant des changements bénéfiques au niveau des systèmes respiratoire et circulatoire par l’enchaînement d’exercices physiques qui requièrent une augmentation modérée de la prise d’oxygène et qui peuvent donc être maintenus sur la durée. Il documenta 41 sports d’endurance et conclut que les meilleurs sont, dans l’ordre : le ski de fond, la natation, le jogging, le vélo et la marche à pied.

Quels sont les effets bénéfiques de l’effort physique en aérobie ?

  • Renforcement des muscles qui participent au processus de la respiration et des poumons
  • Renforcement et développement du muscle cardiaque, ce qui a pour effet d’améliorer le pompage du sang et la fréquence cardiaque (réduction du pouls au repos)
  • Tonification de la plupart des muscles du corps
  • Réduction de la pression artérielle
  • Amélioration de la circulation sanguine et lymphatique
  • Augmentation du nombre de globules rouges, ce qui facilite le transport de l'oxygène.
  • Amélioration de la qualité du sommeil et réduction des troubles du sommeil
  • Effets bénéfiques pour la santé mentale (bien-être, confiance en soi, bonne humeur…)
  • Réduction du risque de maladies cardiovasculaires et accroissement de la longévité des personnes atteintes de maladies cardiovasculaires
  • Stimulation de la croissance des os et réduction du risque d'ostéoporose
  • Augmentation de l'endurance et de la résistance
  • Meilleure capacité des muscles à brûler des graisses corporelles pendant l'exercice

Attention : si vous êtes très sédentaire, peu entraîné ou en surpoids important, n’oubliez pas de consulter votre médecin avant d’entamer une activité sportive d’endurance comme le jogging.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss