Les suppléments nutritionnels d’oligoéléments peuvent-ils aider à perdre du poids ?

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

L’oligothérapie peut être utile pour traiter les prédispositions et les faiblesses qui sont à l’origine de la prise de kilos superflus. Elle permet surtout de combattre les déséquilibres et les carences alimentaires qui accompagnent souvent les régimes amaigrissants.  

Les oligoéléments sont des minéraux indispensables à la réalisation de certaines réactions chimiques vitales dans l’organisme : cuivre, manganèse, zinc, nickel, cobalt, fluor, argent, or, lithium…  ce sont ce que l’on appelle les « biocatalyseurs ». Chacun joue un rôle précis. En principe, une alimentation variée, saine et équilibrée fournit des oligoéléments en suffisance. En cas de carences ou de problèmes d’assimilation, il est parfois recommandé d’en prendre sous forme de comprimés ou d’ampoules buvables. Lors d’une consultation en oligothérapie, le praticien examinera les antécédents familiaux du patient, sa résistance ou réceptivité aux maladies et sa psychologie, ainsi que les troubles dont il souffre le plus souvent. L’objectif sera de repérer les prédispositions naturelles du patient et de traiter les causes profondes du problème de santé dont il souffre.

La plupart des régimes amaigrissants sont à l’origine de diverses carences en oligoéléments qui rendent l’organisme vulnérable et ralentissent ou empêchent la perte de poids. Ces carences peuvent aussi contribuer à la reprise des kilos perdus. Le chrome, par exemple, est nécessaire au métabolisme des glucides ; une déficience peut affecter la régulation par l’insuline du niveau de glucides dans le sang, ce qui peut engendrer des envies irrépressibles de grignoter des aliments sucrés. Le manganèse, qui est essentiel à la santé des os, est souvent peu abondant dans une alimentation hypocalorique. Le cobalt est indispensable au métabolisme des protéines, qui sont les « molécules minceur » par excellence. Une insuffisance de ce minéral peut aussi provoquer des troubles digestifs et neurologiques. Le praticien en oligothérapie recommandera fréquemment de prendre une dose de manganèse-cobalt le matin et une dose de chrome l’après-midi pour fortifier l’organisme en période de régime amaigrissant.

D’autres oligoéléments peuvent manquer dans la cuisine allégée. Le magnésium, par exemple, qui aide à combattre la fatigue, le stress et l’instabilité de l’humeur, et les envies de grignoter liées à ces états (voir aussi: Carence en magnésium). Malheureusement, cet oligoélément est présent surtout dans les aliments très caloriques comme la banane, le cacao et le chocolat, les noix, noisettes, amandes… Le magnésium est également présent en quantités appréciables dans les céréales complètes et les légumes secs, ainsi que dans le poisson et les crustacés. Enfin, il faut éviter les carences en potassium, qui joue un rôle indispensable dans la régulation du taux de fluides dans les cellules et dans le bon fonctionnement des reins. A noter que la prise de diurétiques dans le but de maigrir peut provoquer une carence grave en potassium.

Il est recommandé de prendre les oligoéléments le matin, à jeun, de préférence, et de conserver le comprimé ou le liquide sous la langue deux à trois minutes : ils seront ainsi absorbés directement à travers la muqueuse buccale et les vaisseaux sanguins locaux et éviteront d’entrer en contact avec les sucs digestifs de l’estomac qui pourraient les dégrader. Sachez aussi que certains symptômes sont susceptibles d’être aggravés de façon passagère à la suite des premières prises (comme en homéopathie). Il vaut toujours mieux limiter l’automédication et consulter un professionnel compétent, même s’il semble bien qu’il n’existe pas de contre-indications à la prise ponctuelle d’oligoéléments, hormis chez les personnes qui souffrent de tuberculose. Votre alimentation constituera toujours la meilleure source de minéraux, pourvu qu’elle soit saine, équilibrée et variée.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Briser le cercle infernal des pensées et émotions négatives pour perdre les kilos superflus

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Le nutritionniste et thérapeute comportementaliste Jean-Philippe Zermati s’attaque aux théories souvent contradictoires à la base des régimes amaigrissants en vogue aujourd’hui. D’après lui, plus on fait de régimes, plus on grossit…

L'obsession de la minceur et les régimes à répétition produisent souvent l'effet inverse de celui qui est recherché: on grossit!

L’obsession de la minceur et les régimes à répétition produisent souvent l’effet inverse de celui qui est recherché: on grossit!

Dans un monde où les femmes et même les hommes aspirent à ressembler autant que possible aux mannequins et vedettes qui font la « une » des magazines de mode, l’obsession du « manger léger » et du « manger sain » nous plonge dans un état quasi permanent de « mauvaise conscience alimentaire ». Cela se traduit par une vigilance et une inquiétude constantes sur le contenu de notre assiette surtout pendant ou à la suite d’un régime amaigrissant. « Le mangeur moderne éprouve continuellement le sentiment de transgresser des règles alimentaires que, dans le même temps, il admet être dans l’incapacité de définir clairement », explique ce spécialiste des troubles du comportement alimentaire. Conséquence : refus de prendre ses repas avec les autres membres de la famille ou d’accepter une invitation au restaurant et parfois, troubles du comportement alimentaire plus graves comme l’anorexie. « Il s’agit de stratégies destinées à éviter la confrontation avec les aliments que l’on redoute », explique le Dr Zermati. La crainte de se trouver dans une situation où l’on ne pourra pas éviter de transgresser les règles diététiques que l’on s’était imposées peut mener à un isolement et à une désocialisation progressives.

Dans ce contexte, le surpoids peut causer une réelle souffrance. Passer devant un miroir ou surprendre le reflet de sa silhouette, monter sur une balance, se sentir serré dans ses vêtements, ne pas trouver un vêtement à sa taille dans un magasin, interpréter un regard, voir une personne obèse, lire un article dans la presse, voir une publicité … tout cela peut générer des pensées et des émotions négatives qui finissent par occuper une place centrale dans notre esprit.

Lire la suite…

Source : Dr Jean-Philippe Zermati « Maigrir sans régime » (Odile Jacob)

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Le massage, un moment de détente et de plaisir partagé

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Relaxant, antistress, stimulant, revigorant, drainant, anticellulite ou érotique… Les bienfaits du massage sont multiples. Un massage peut aussi être pratiqué chez soi, entre amis ou en couple. Voici quelques conseils pour qu’il soit un moment de pur plaisir tant pour la personne massée que pour le masseur…

Préparez tout ce dont vous aurez besoin pendant le massage, pour que tout soit à portée de la main : huiles, serviettes, coussins… Cela vous évitera d’interrompre le contact pendant la séance. Assurez-vous aussi que vous ne serez pas dérangé ou déconcentré pendant toute sa durée. Le lieu choisi doit être aussi calme que possible : éteignez votre téléphone portable et interdisez l’accès à la pièce où se déroule le massage. Celle-ci doit être bien ventilée (mais sans courants d’air) et chauffée à l’avance car pendant le massage, la température corporelle de la personne massée diminue. Prévoyez des serviettes pour couvrir les parties du corps exposées.

Une musique douce et relaxante, un éclairage tamisé et indirect, des ampoules de couleur, des bougies, la diffusion d’huiles essentielles relaxantes, d’encens… Tout cela peut aider à créer une atmosphère idéale. Les tons pastel sont préférables pour le décor de la pièce où se déroule le massage ainsi que pour les serviettes et les vêtements du masseur (les couleurs agressives comme le rouge peuvent susciter des émotions indésirables). Si vous utilisez des huiles essentielles, il est impératif de s’y connaître un peu et de prendre quelques précautions d’usage. Par exemple, n’appliquez jamais des huiles essentielles pures sur la peau, car elles sont très concentrées et peuvent provoquer irritations et allergies. Vérifiez bien le dosage des lotions et huiles de massage que vous fabriquez vous-même, et n’achetez que des huiles essentielles pures pour les fabriquer.

Donner un massage doit être aussi relaxant que de le recevoir. Le masseur être parfaitement détendu, adopter une posture confortable et se laisser guider par son intuition et ses sensations. Quelques inspirations profondes avant de commencer lui permettront de relâcher les tensions. Ses mains doivent être propres et nettes, sans montre, bracelets ni autres bijoux. Attention aux ongles trop longs et aux mains froides ! Il est préférable de porter des vêtements amples, légers et confortables (selon le type de massage, le receveur gardera ou non certains vêtements) et des sandales plates ou de rester pieds nus. Qu’il travaille au sol ou sur une table de massage, le masseur doit garder le dos bien droit. S’il est debout, il lui est recommandé de fléchir un peu les genoux. Évitez de proposer un massage à votre partenaire à un parent ou à un ami lorsque vous êtes stressé, irrité, inquiet ou déprimé car vous lui transmettriez immanquablement vos mauvaises ondes ou votre négativité ! Pendant la séance, le masseur doit être disponible et attentif aux réactions, à la respiration et aux contractions musculaires de la personne qu’il masse. Pour améliorer sa concentration, il peut éventuellement travailler les yeux fermés.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss