Connaissez-vous l’argousier ?

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Les usages culinaires et médicinaux de l’argousier sont reconnus depuis l’Antiquité. Ses baies acidulées de couleur orange intense sont riches en vitamine C et possèdent d’innombrables propriétés intéressantes.

Les propriétés santé de l'argousier

L’argousier est un modeste arbuste épineux à feuillage caduque qui pousse un peu partout dans les zones tempérées d’Europe et d’Asie : on le trouve en Scandinavie, en Italie, en France, en Russie, en Iran, en Turquie, en Chine et même sur les hauteurs de l’Himalaya…

En Grèce antique, les feuilles et les jeunes rameaux de l’argousier étaient ajoutés au fourrage des chevaux pour favoriser leur croissance et embellir leur pelage. De nos jours, l’argousier est encore employé dans l’élevage des chevaux, des volailles et des truites notamment, comme complément alimentaire de choix. Mais ce n’est pas tout…

Jus, confitures, gelées, sirops, pâtes de fruits, compote, sorbets, liqueurs et autres préparations et spécialités culinaires ancestrales ou nouvelles : les usages alimentaires de l’argousier sont multiples.

Acides et astringents, les fruits de l’argousier sont consommés traditionnellement avec du lait et du fromage en Sibérie et Asie et servent de condiments en Himalaya. Dans les pays nordiques, les baies d’argousier servent à préparer des sauces pour le poisson et en Russie, à parfumer la Vodka sibérienne.

En France, dans les Hautes Alpes et les Alpes du Sud, de nombreuses spécialités locales sont fabriquées à base d'argousier. En Provence, elles font partie des produits du terroir au même titre que la lavande.

Tout comme les fruits rouges (fraises, myrtilles, canneberge…), les baies de l’argousier ont de puissantes propriétés antioxydantes car elles sont exceptionnellement riches en vitamine C (concentration cinq fois supérieure à celle du kiwi et tente fois supérieure à celle de l’orange). Elles constituent aussi une bonne source de vitamines A, E, F et P.

Astringentes, anti-infectieuses, antisclérotiques, vermifuges et toniques… : les propriétés médicinales de l’argousier sont innombrables. Les extraits d’argousier aident aussi à soulager les brûlures et autres blessures cutanées.

Notons enfin que l'huile extraite des pépins et de la pulpe de la baie est utilisée comme ingrédient culinaire et comme produit pharmaceutique : elle intervient également dans la composition de certains cosmétiques.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Lotte à la sauce d’argousier

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Calories: environ 220 kcal par portion

Tout comme les fruits rouges, les baies de l’argousier ont de puissantes propriétés antioxydantes car elles sont exceptionnellement riches en vitamine C

Tout comme les fruits rouges, les baies d’argousier ont de puissantes propriétés antioxydantes car elles sont exceptionnellement riches en vitamine C

Ingrédients pour 4 personnes:

  • 500 gr de filets de lotte
  • sel et poivre du moulin
  • 3-4 tiges de coriandre
  • 3 càs d’eau
  • 100 gr de petites carottes
  • 100 gr de brocolis
  • 100 gr de poireaux
  • sel de mer
  • assortiment de feuilles de salade

Ingrédients pour la sauce :

  • 2 et ½ càs de jus d’argousier non sucré
  • 1 càc de sucre
  • sel et poivre
  • 3 càs d’huile de colza
  • 6 càs de lait caillé crémeux

Nettoyer les filets de lotte, enlever les arêtes, couper en tranches épaisses, les saler et poivrer et les mettre dans un moule avec les feuilles de coriandre. Verser les 3 cuillers à soupe d’eau et couvrir avec une feuille d’aluminium. Cuire dans un four préchauffé à 220° (5 minutes si le moule est métallique, 8 minutes si le moule est en porcelaine). Retirer du four et laisser reposer 5 minutes dans le moule couvert. En même temps, couper en fines rondelles les carottes, les brocolis et les poireaux : cuire le tout dans un peu d’eau (ou mieux, à la vapeur) avec du sel de mer, puis bien  égoutter et laisser refroidir.

Pour la sauce: verser le sucre et un soupçon de sel et de poivre dans le jus d’argousier. Y verser l’huile de colza en tournant vigoureusement, puis ajouter à la fin et doucement le lait caillé crémeux.

Mettre les tranches de lotte, les rondelles de légumes et les feuilles de coriandre dans un grand saladier : verser la sauce et tout bien mélanger délicatement. Décorer chaque assiette d’un lit de feuilles de salade et y disposer le mélange. Servir en entrée ou comme plat froid avec un verre de vin blanc demi-sec du genre Gewürztraminer.

 

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Est-ce utile de savoir évaluer les calories des aliments?

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

 

Oui, si vous avez tendance à prendre du poids facilement ou si vous avez des kilos à perdre. Un peu d’entraînement vous permettra d’estimer en un simple coup d’œil la valeur énergétique de vos repas et d’éviter les excès.

  1. L’outil de base est la table des calories. Vous trouverez facilement les valeurs pour les aliments les plus usuels sur le web. Difficile de savoir avec certitude si ces données sont fiables. Les sites rattachés à une ONG connue ou à un ministère de la santé publique constituent généralement de bonnes sources d’information.
  2. Évaluez vos besoins énergétiques : combien de calories vous faut-il chaque jour ? Votre médecin pourra vous renseigner à ce propos. Certains calculateurs automatiques disponibles sur le Web permettent aussi d’évaluer les besoins énergétiques en fonction de l’âge, du sexe, de la corpulence et du taux d’activité. En moyenne, ils se situent entre 2000 et 3000 calories par jour.
  3. Procurez-vous un cahier : vous y noterez les calories de chaque aliment ou boisson que vous consommerez pendant l'exercice proposé dans cet article. Une calculette et une balance de cuisine vous seront également utiles, ainsi qu’une cruche graduée pour les liquides.
  4. Réservez un certain nombre de jours pour vous familiariser avec le calcul des calories : ils ne doivent pas forcément se suivre. Pendant cette période, mangez normalement, préparez vos repas vous-même si possible et calculez le contenu énergétique de toutes les portions que vous consommez. Pour les liquides, considérez que 100 ml correspondent à environ 100 gr. Pour les plats préparés, les conserves, les surgelés, les produits laitiers et les produits secs comme les pâtes et les légumineuses, les calories sont toujours indiquées sur l’emballage. N’oubliez pas d’évaluer l’apport calorique des graisses de cuisson, des sauces et assaisonnements et du sucre ajouté aux boissons notamment. Les jours où vous pratiquerez cet exercice, notez précisément toutes les calories consommées et additionnez le tout à la fin de chaque journée. Au bout de la période test, faites une moyenne (total divisé par le nombre de jours). Que voyez-vous ? Le résultat correspond-t-il bien à vos besoins ? Dans beaucoup de cas il est révélateur d’une surconsommation plus ou moins importante de calories (ce qui ne se traduit pas forcément par une prise de poids).

Cet exercice permet donc de vérifier si vous avez naturellement tendance à « manger trop ». Ensuite et surtout, il vous familiarisera avec le calcul des calories. En le répétant quelques fois, vous apprendrez à évaluer d’un simple coup d’œil les calories correspondant à ce que vous mangez, sans balance et sans table des calories. Vous deviendrez ainsi plus attentif à ce que vous mangez et si vous dépassez votre quota journalier, vous pourrez compenser en adaptant vos repas suivants ou en faisant un peu plus d'exercice physique. 

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss