Endermologie, Cellu-M6 et lipomassage

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

 

En endermologie, les cellules adipeuses sont stimulées mécaniquement pour obtenir le déstockage des graisses excédentaires et le lissage de la cellulite. Le Lipomassage est une technique de stimulation brevetée basée sur l’utilisation d’un appareil spécifique, le Cellu M6.

Le principe de l’endermologie est le suivant : un appareil à tête aspirante masse les régions du corps où se loge la cellulite, assouplissant et lissant les tissus fibreux propres à celle-ci. Cette action permet aussi de déloger progressivement une partie des graisses stockées par les adipocytes. Ces graisses devront ensuite être éliminées par de l’exercice physique et/ou un régime alimentaire.

Le « Lipomassage » est une technique particulière d’endermologie pratiquée par un kinésithérapeute formé à l’emploi du Cellu M6® (ou l’une de ses variantes), un appareil breveté dont la tête est munie d’une chambre d’aspiration et de deux rouleaux motorisés. Le Cellu M6 soulève la peau en profondeur puis la roule à une vitesse et à un rythme déterminés : c’est ce qu’on appelle le « palper-rouler ».

Cette technique permet de lisser la cellulite et la peau d’orange, resculpter les formes, déstocker les graisses et raffermir la peau de manière indolore. Il faut prévoir 10 séances rapprochées suivies d’une séance par mois d’entretien. Le lipomassage n’est réellement efficace que sur les graisses récentes, qui ne sont pas encore trop incrustées. Il ne donne donc aucun effet sur une culotte de cheval ancienne, par exemple.

Le seul effet secondaire est l’envie fréquente d’uriner surtout en début de traitement (premières séances), ce qui est normal et même bon signe. Notez que le lipomassage est contrindiqué en cas de cancer en cours d’évolution, d’infection, d’éruption cutanée, d’inflammation, de traitement anticoagulant, de phlébite et de maladie du sang.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Le drainage lymphatique manuel

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

 

Cette technique de massage très douce procure une détente agréable. Elle permet d’évacuer l’eau et les toxines par des mouvements d’appel et de résorption et aide à lutter contre la cellulite et la peau d’orange.

Le drainage lymphatique permet d’éliminer l’eau excédentaire et les toxines hors du corps via les ganglions lymphatiques, procurant une agréable sensation de légèreté et de bien-être. Pratiqué idéalement par un kinésithérapeute ou un médecin, ce procédé très doux combine des mouvements d’appel (alternance de pressions et de dépressions, d’appuis et de relâchements rapides) et des mouvements de résorption (glissé sur la peau destiné à évacuer le liquide lymphatique chargé d’une partie des déchets de l’organisme). Le massage manuel ne doit pas écraser les vaisseaux.

Ce procédé est parfait pour toutes les femmes qui souffrent de rétention d’eau, de jambes gonflées et autres troubles circulatoires lymphatiques : œdème, insuffisance veineuse, mauvaise circulation… Chaque séance dure une heure environ. Il est recommandé d’effectuer deux séances par semaine pendant un mois, puis une séance mensuelle d’entretien (surtout en saison chaude). Le seul effet secondaire est l’envie fréquente d’uriner, ce qui est normal et même bon signe.

Le drainage lymphatique manuel peut améliorer localement l’aspect « peau d’orange », mais ne permet évidemment pas d'éliminer des graisses, uniquement de l’eau. Il permet de « dégonfler », mais ne donne pas de résultats majeurs sur la cellulite ancienne et incrustée. A noter aussi que ce type de soin est contrindiqué en cas d’ulcères de jambe et d’affections de la peau.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Ne haïssez pas les calories !

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

 

Si vous privez votre corps du minimum de calories dont il a besoin pour fonctionner il se rebellera…

Pour beaucoup de gens qui souhaitent retrouver la ligne, le mot « calorie » a quelque chose de profondément cruel. La chasse à la calorie envahit la publicité et les rayons de nos supermarchés sont pleins de produits « basse-calorie », « zéro calorie », « 50% de calories en moins »… Toute cette rhétorique anti-calorie a rendu la plupart d’entre nous assez « caloriephobes »! Dès qu’un aliment contient beaucoup de calories, dès qu’un plat riche nous est proposé, nous sursautons, nous épouvantons et sommes pratiquement prêts à prendre la fuite. Et si par malheur nous ne pouvons résister à la tentation ou par politesse selon les circonstances, combien la culpabilité sera lourde à porter et la punition sévère !

Est-ce bien nécessaire ? Est-ce bien raisonnable ? Oui et non… Ce n’est un secret pour personne : si vous souhaitez perdre vos kilos en trop et retrouver une silhouette avec laquelle vous vous sentez bien, il faut éviter certains excès et clairement, manger cette grosse tranche de gâteau au chocolat bien riche, ce n’est vraiment pas une bonne idée ! D’autant plus que le type de calorie que celui-ci vous procure est du genre « vide », c’est-à-dire qu’il ne vous apporte rien si ce n’est du sucre et de la graisse. Votre corps n’en tirera pas grand-chose comme nutriments essentiels.

En même temps, il ne faut pas éviter les calories. Il ne faut pas priver votre corps du minimum de calories dont il a besoin pour fonctionner. Pourquoi ? Parce que votre corps est une machine merveilleuse qui essaie à tout moment de faire ce qu’il peut pour vous rendre la vie plus facile. Il cherche essentiellement à se maintenir en vie, à faire en sorte que vous fonctionniez convenablement et que vous restiez en aussi bonne santé que possible. Ne souriez pas ! Si vous le priviez de calories soudainement, si vous vous sous-alimentiez, votre corps ne pourrait faire plus de choses avec moins d’énergie. En d’autres termes, il ne va pas nécessairement réagir comme vous le voudrez. Ce n’est pas parce que vous le privez qu’il va se mettre à décomposer et réduire vos cellules de graisse. Ce n’est pas parce qu’il n’a rien à se mettre « sous la dent » qu’il va automatiquement se mettre à brûler vos kilos superflus.

Non, ce qui arrive le plus souvent est le contraire de ce que vous souhaiteriez. Si vous lui donnez moins de carburant que ce dont il a besoin pour fonctionner normalement, votre corps va tenter de vous « garder en vie » en ralentissant son métabolisme. La réaction instinctive de survie veut que le corps s’ajuste, s’adapte et apprenne à effectuer les mêmes tâches – ou autant que possible – avec moins d’énergie, comme si, par exemple, vous étiez emprisonné accidentellement quelque part sans nourriture, en situation de survie.

Alors quel est le résultat de vos privations ? Si votre corps a besoin de 2000 kilocalories par jour pour survivre et soudainement vous ne lui en procurez plus que 1000, il ne se mettra pas d’office à brûler l’équivalent de 1000 kilocalories de graisse superflue. Au contraire, ce qu’il fera c’est ralentir son métabolisme. Il tentera de fonctionner de manière encore plus efficace en limitant sa consommation au strict minimum. Il tentera de profiter au maximum de chacune de ces 1000 kilocalories sans en gaspiller une seule !

Et puis, naturellement, vous vous sentirez physiquement plus faible, plus fatigué, plus irritable. Vous aurez faim. Votre corps se mettra à réduire les dépenses superflues d’énergie pour se focaliser sur les fonctions vitales essentielles, comme la fourniture d’oxygène et la circulation sanguine.

Vous ne brûlerez pas vos bourrelets. Au contraire, vous risquez de prendre du poids. Car si vous êtes affamé, à la moindre occasion, votre corps se mettra à stocker. Ce n‘est pas exactement ce dont vous avez besoin, n’est-ce pas ? Alors faites attention ! Ne privez pas votre corps de calories. Pas d’excès, ni dans un sens, ni dans l’autre. Tout est une question d’équilibre et de modération. Et donc, il ne faut surtout pas détester ni avoir peur ou horreur de ces pauvres calories.

Référez-vous aussi à notre article sur les besoins journaliers en calories et n’hésitez pas à demander conseil à un spécialiste pour connaître avec plus de précision vos propres besoins énergétiques quotidiens car ceux-ci peuvent varier en fonction de votre ossature, de votre âge, de votre style de vie, etc.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss