Un compagnon de sport même virtuel pour rester motivé

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

 

Le manque de motivation est souvent à l’origine de l’échec d’un programme de remise en forme physique. Avoir un partenaire sportif, même virtuel, aide à tenir le coup sur la durée et à maintenir la régularité de la pratique sportive.

Alors que certaines personnes ne tiennent plus en place si elles n’ont pas eu leur « dose » hebdomadaire voire quotidienne d’effort physique, d’autres éprouvent une réelle difficulté à se tenir à un programme sportif, même si leur santé en dépend. Pour les moins courageux d’entre nous, se lever un peu plus tôt pour un jogging matinal ou passer à la piscine après une longue journée de boulot peut constituer un véritable calvaire, surtout en hiver. Alors, après un premier élan de bonne volonté, la motivation décline au fil du temps pour se réduire petit à petit à une peau de chagrin. Finalement, on abandonne…

Des chercheurs de l’Université de Michigan aux États-Unis ont étudié le phénomène de la motivation sportive auprès de 58 jeunes femmes recrutées dans les cours collectifs de gymnastique (la pratique d’une activité sportive en groupe est réputée favorable au maintien de la motivation, d’où le succès de ce type de cours collectifs). L’objectif des chercheurs était de déterminer si un ‘partenaire sportif virtuel’ pouvait favoriser la motivation et la durée de la pratique sportive. Les jeunes femmes furent réparties en trois groupes et soumises à des séances de vélo d’intérieur relativement intenses étalées sur six jours. Dans le premier groupe, chacune des participantes s’entraînait indépendamment avec un compagnon sportif virtuel. Dans le deuxième, elles s’entraînaient en équipe avec un compagnon sportif virtuel, la performance de l’équipe étant déterminée par le maillon le plus faible, c’est-à-dire par celle qui s’arrêtait de pédaler en premier. Les femmes du troisième groupe s’entraînaient seules sans aide complémentaire. Le compagnon virtuel qui tient lieu de coach sportif est ici, un enregistrement vidéo d’une sportive ayant une performance présentée comme modérément supérieure à la leur.

D’après les résultats de l’étude publiés dans la revue scientifique Annals of Behavioural Medicine, la présence d’un coach sportif même virtuel améliore la performance sportive : en moyenne, le deuxième groupe (22 minutes) a pédalé 2 minutes de plus que le premier (20 minutes) et deux fois plus longtemps que le troisième (11 minutes). En outre, la motivation des sportives solitaires a décliné de manière très nette au bout des six jours, alors qu’elle est restée intacte dans les deux groupes plus performants. Conclusion : pour rester motivé, mieux vaut faire du sport accompagné que seul, et de préférence avec une personne un peu plus performante que soi ! Les cours collectifs et les sports en équipe sont particulièrement favorables au maintien de la motivation.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Pour grignoter malin, pensez aux protéines!

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

 

La nourriture sucrée ou grasse, rapidement digérée et assimilée, génère une satiété superficielle et la faim retourne au grand galop.

Le grignotage et les collations à base de chips, biscuits, chocolats et autres friandises ne retardent pas la survenue de la faim et ne réduisent pas les quantités de nourriture ingérées lors du repas suivant. Les aliments sucrés favorisent aussi le stockage des graisses. Par contre, le grignotage d’aliments riches en protéines permet de retarder la réapparition de la sensation de faim et de réduire l’appétit. Évidemment, il faut en limiter l’apport calorique et donc choisir des sources de protéines maigres.

Les aliments protéinés agissent comme de puissants coupe-faim et génèrent une sensation de satiété durable. Ces caractéristiques expliquent le succès des régimes ultra-protéinés (dont il ne faut pas abuser car ils peuvent aussi présenter certains risques). Ce type de régime permet, après deux ou trois jours, de faire disparaître quasi totalement la sensation de faim.

Tout cela ne pèse pas en faveur des apéritifs accompagnés de salami, chips, cubes de fromage et autres cacahuètes salées… qui sont loin de réduire l’appétit. Grignotez malin ! Mieux vaut un petit pot de fromage blanc maigre ou de yaourt, un verre de lait battu ou écrémé, un œuf dur, une tranche de jambon maigre ou quelques bâtonnets de surimi ! Le même effet coupe-faim et rassasiant peut être obtenu avec les protéines en poudre mais celles-ci ne sont guère très appétissantes !

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

Manger moins et plus souvent pour perdre du poids

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss

 

L’une des erreurs fréquemment commises par les personnes qui cherchent à maigrir est de sauter des repas ou de jeûner. Le résultat en est souvent une prise de poids. La plupart des nutritionnistes recommandent plutôt de fractionner la prise de nourriture en plusieurs petits repas et collations.

Faire plusieurs repas équilibrés et collations légères dans le courant d’une journée plutôt qu’un ou deux gros repas, c’est bon pour la ligne ! Manger régulièrement réduit la tentation du grignotage et la consommation de petits en-cas et autres friandises souvent bourrés de calories. Cela permet aussi de consommer des quantités de nourriture plus raisonnables pendant les repas. En revanche, arriver à table avec l’estomac dans les talons pousse généralement à manger beaucoup plus et plus vite, ce qui n’est vraiment recommandé pour perdre du poids! Par ailleurs, en mangeant plusieurs repas et collations tout au long de la journée, vous maintenez votre métabolisme en activité et votre organisme brûlera donc plus de calories. C’est un peu comme si vous laissiez tourner le moteur de votre voiture tout le temps : il consommerait beaucoup plus de carburant que si vous le mettez en route une ou deux fois dans la journée. En plus, vous réduisez la sécrétion d’insuline en optant pour plusieurs petits repas légers. Or l’insuline favorise le stockage des graisses.

Évidemment, il ne faut pas avaler n’importe quoi ! Si vous tentez l’expérience de faire trois repas et deux collations par jour par exemple, il faut redoubler de vigilance en ce qui concerne la taille des portions et leur apport en calories. Dans un premier temps, il peut être utile de tenir un carnet d’auto-observation dans lequel vous notez le détail de ce que vous consommez chaque jour. Enfin, notez que la dimension des assiettes et autres pièces de vaisselle peut avoir un impact non-négligeable sur l’appétit. Utilisez donc de petits récipients, vous mangerez moins !

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Facebookrss